Menu
S'identifier

Travail au noir : de plus en plus d'entreprises de transport et de logistique allemandes dans le rouge

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 24.01.2020 | Dernière Mise à jour : 24.01.2020

Un milliard d’euros échappe chaque année à l’Etat du fait du travail au noir, selon les estimations.

Crédit photo DR

L'an dernier, l’autorité de contrôle du respect du droit du travail FKS, qui relève en Allemagne de la compétence des services de la douane, a constaté de plus en plus d’infractions au code du travail dans les secteurs des transports et de la logistique. Avec 3 083 infractions sanctionnées l’an passé, le montant des pénalités encaissées a atteint 1,16 million d’euros.

L’autorité de contrôle du respect du droit du travail FKS, qui relève en Allemagne de la compétence des services de la douane, constate de plus en plus d’infractions au code du travail dans les secteurs des transports et de la logistique. Le nombre des infractions  sanctionnées -travail au noir, non respect de la législation sur les cotisations sociales ou du salaire minimum - est ainsi passé de 711 en 2011 à 3 083 l’an passé pour ces deux secteurs. Suivant la même tendance, le montant des pénalités encaissées à la suite de ces contrôles est passé pendant la même période de 50 000 euros à 1,16 million d’euros, selon le ministère allemand du Travail.

De plus en plus d'entreprises contrôlées

En Allemagne, le volume des contrôles menés varie considérablement d’une année sur l’autre. Le FKS a contrôlé 3 400 entreprises en 2015, 6 800 en 2017 mais moins de 5 000 en 2018. Les secteurs des transports et de la logistique, considérés par les autorités comme "à risque" en matière de respect du code du travail, sont tout particulièrement contrôlés. Un milliard d’euros échappe chaque année à l’Etat du fait du travail au noir, selon les estimations. Du coup, le ministère des Finances veut créer plusieurs centaines d’emplois dans les services de douane. 

Une affaire retentissante 

En décembre, le cas du dépôt d’Amazon à Werder an der Havel, près de Berlin, avait défrayé la chronique. L’entreprise s'appuit su 130 salariés et 280 livreurs. Ces derniers sont, pour la plupart, embauchés par des sous-traitants. Sur les 110 chauffeurs travaillant pour 8 sous-traitants contrôlés par les enquêteurs de la douane, 6 étaienthors des clous en matière de cotisations sociales tandis que les contrats d’une dizaine d’autres n’étaient pas en accord avec la législation. Amazon assure demander à ses sous-traitants d’être en conformité avec la loi. 

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format