Menu
S'identifier

Les constructeurs de camions demandent à l’UE de favoriser les écocombis

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 28.05.2019 | Dernière Mise à jour : 28.05.2019

Les véhicules à grande capacité sont déjà autorisés en Suède, Danemark, Finlande, dans la plupart des États fédérés allemands, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne et partiellement en Belgique.

Crédit photo DR

L’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) publie un nouveau rapport en faveur des camions de grande taille et appelle à leur généralisation dans l’UE pour satisfaire les objectifs en matière de baisse des émissions CO2.

Les constructeurs de camions européens qui soutiennent les camions de grande taille de 25,25 m, et pouvant transporter jusqu’à 60 tonnes, seront-ils entendus ? Le 7 mai dernier ils ont lancé un nouvel appel à Bruxelles par la voix de l’ACEA (Association des constructeurs européens d’automobiles). "Nous exhortons les décideurs politiques à permettre la mise en place d'un système de transport transfrontalier à grande capacité, avec des exigences harmonisées", plaident-ils.

L'exemple belge

En Belgique par exemple, où la circulation des écocombis est autorisée, les transporteurs doivent demander des autorisations séparément aux autorités de transport flamandes et wallonnes, sachant que les exigences sont différentes. Alors que la Flandre envisage d’autoriser la circulation sur certains tronçons, la Wallonie demande une étude d’impact pour chaque itinéraire déposé.

De quoi décourager les velléités locales, d’autant que la région de Bruxelles interdit les écocombis, ce qui empêche d’accéder à une partie du Ring. Pourtant, selon le nouveau document publié par l’ACEA, trois véhicules de grande capacité peuvent remplacer six camions normaux, réduisant les émissions de CO2 de 27 %.

Satisfaire aux exigences de réduction de CO2

Les véhicules à grande capacité sont déjà autorisés en Suède, Danemark, Finlande, dans la plupart des États fédérés allemands, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne et partiellement en Belgique. "Dans ces pays, les réductions de CO2 ont été confirmées dans la pratique. Les préoccupations exprimées précédemment quant à un éventuel transfert modal du rail vers la route, à l'usure des routes et des ponts et à la sécurité se sont également révélées injustifiées", soutient l’ACEA.

Pour les constructeurs, la forte demande attendue en matière de transport de marchandises ne pourra être résolue que par l’augmentation de la capacité des véhicules, ce qui permettra également de satisfaire aux exigences relative à la baisse des émissions CO2, qui doit atteindre - 15 % en 2025 et - 30 % en 2030 (par rapport aux niveaux de 2019). "Les constructeurs de camions s’engagent à faire leur part pour réduire les émissions. Cependant, ces nouvelles normes ne seront pas suffisantes pour réduire les émissions totales de CO2 du transport routier", soutient Erik Jonnaert, le secrétaire général de l’ACEA.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format