Menu
S'identifier

Le transporteur hongrois Duvenbeck Logisztikai Kft mise sur le GNL

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 14.02.2019 | Dernière Mise à jour : 14.02.2019

Leur mise en circulation n’a pas traîné, puisqu’ils arpentent les routes depuis janvier dernier sur des trafics de pièces automobiles entre l'Autriche, les Pays-Bas, la Belgique, et l'Allemagne.

Crédit photo Iveco

La société de transport routier hongroise Duvenbeck Logisztikai Kft étoffe sa flotte de 4 Stralis NP 460 alimentés au gaz naturel liquéfié (GNL). Mis en circulation en janvier, ces véhicules assurent des trafics de pièces automobiles entre l'Autriche, les Pays-Bas, la Belgique, et l'Allemagne.

Si son confrère Waberer’s a franchit le cap en septembre dernier, aujourd’hui c’est au tour de Duvenbeck Logisztikai Kft. d’intégrer 4 camions alimentés au gaz naturel liquéfié (GNL) à sa flotte de 140 poids lourds. Le transporteur a jeté son dévolu sur des modèles Stralis NP 460 GNL. "Nous avons opté pour des modèle intégrant les plus grands réservoirs de GNL possibles, soit une capacité de 2 x 440 litres pour une autonomie d'environ 1 100 km", détaille Norbert Joichl, Pdg de Duvenbeck Company Group, dans un communiqué de presse.

Des exonérations en Allemagne

Leur mise en circulation n’a pas traîné, puisqu’ils arpentent les routes depuis janvier dernier sur des trafics de pièces automobiles entre l'Autriche, les Pays-Bas, la Belgique, et l'Allemagne avec des charges allant de 12 à 18 tonnes. "Nous prévoyons d'exploiter les nouveaux camions pendant cinq ans, et à la fin de cette période, DanubeTruck Magyarország Kft. les rachètera", poursuit Norbert Joichl. 

Autre avantage et non des moindres : une fiscalité plus intéressante dans certains pays. En effet, ces véhicules "sont exonérés de la taxe de circulation en Allemagne pour les deux prochaines années, ce qui offre des avantages économiques importants en plus d'une faible consommation de carburant. Cela signifie des économies d'environ 20 centimes par kilomètre, soit environ 20 % des coûts d'exploitation totaux", explique Norbert Joichl.

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format