Menu
S'identifier

Le monde du transport réuni : “On veut rassembler toute la profession”

Événement • Interview | publié le : 13.09.2021 | Dernière Mise à jour : 21.09.2021

Jean-Christophe Edy, directeur de Tred Union, et Arnaud Froment, DRH de BH développement.

Crédit photo DR

L’association Le Monde du Transport Réuni (LMTR) a changé de bureau au conseil d’administration. L’un de ses impératifs est de redorer, voire régénérer l’image des métiers du transport pour doper l’emploi… La parole est donnée à Arnaud Froment, DRH de BH développement et Jean-Christophe Edy, directeur de Tred Union, tous deux membres du comité de pilotage.  

L’Officiel des transporteurs : Pourriez-vous rappeler votre objectif lors de la création du Monde du Transport Réuni en septembre 2019 ?
Arnaud Froment : Notre principal objectif, toujours d’actualité, était de redorer l’image du transport car son manque de considération génère beaucoup de problématiques, notamment une grande difficulté à recruter. Dans la presse non spécialisée, en particulier, notre secteur était souvent associé à des accidents, à la dégradation des routes, à la pollution, à un ensemble de paramètres qui dressent une image très négative de la profession et sont devenues une espèce de "pensée commune". Notre point de départ a été de chercher à changer cette perception. Notre association veut travailler de façon apolitique et dégagée de tout ego. Elle cherche à rassembler les entreprises de transports, des partenaires et des salariés.

Jean-Christophe Edy : Je suis totalement d’accord ! Nous avons besoin de montrer que le transport ne représente pas des camions qui polluent, mais offre, par exemple, de belles carrières. Peu de filières possèdent la force d’être un véritable ascenseur social, où bon nombre de patrons ont démarré comme conducteur, avec un permis poids lourd, mais pas forcément un diplôme au départ.

A. F. : Il y avait aussi l’idée de ne pas créer une association où "les patrons du secteur parlent aux patrons", mais qui s’ouvre à tous les acteurs qui participent à l’économie du transport. C’est ainsi que nous avons ouvert aux salariés avec le hashtag "fier de mon métier". Ils peuvent s’inscrire en leur nom propre dans l’association. Par certains aspects, cela pourrait s’apparenter à une démarche de marque employeur "générique", à l’échelle du secteur. Un peu à la manière de ce qu’avait fait l’artisanat avec la campagne "première entreprise de France".

L'OT : Combien d’adhérents vous ont-ils rejoints ?
A. F. : Nous avons quelque 200 adhésions, entreprises et salariés, et une quinzaine de partenaires. Notre budget d’environ 150 000 € passe entièrement dans les actions de communication, réalisées par des professionnels, mais auxquelles les adhérents sont associés de manière bénévole. Pendant la période Covid, nos adhésions ont baissé et nous n’avons pas pu participer à des événements, forums de recrutement ou salons. Mais nous nous sommes réunis une fois par semaine pour produire des contenus, et nous avons communiqué sur les réseaux sociaux, Facebook, LinkedIn et Instagram. Nous avons une communauté de 5 200 personnes. 

L'OT : Plutôt que de "redorer" une image, n’y a-t-il pas aussi l’idée d’en proposer une nouvelle, tant du métier de conducteur que du secteur ?

A. F. : Effectivement. On est ouverts à la communication non genrée sur les métiers, par exemple. D’autant que nous avons la conviction que l’avenir de la conduite doit être féminin. Il faut vraiment valoriser ces métiers comme accessible à la gent féminine, et leur proposer de passer leur titre professionnel ou leur permis.

J.-C. E. : Je parlerais d’équivalence entre les femmes et les hommes, qui doit se faire sentir dans les métiers. Notre communication passe par toutes les strates des métiers du transport et par des personnes dans leur diversité, femmes et hommes, personnes valides et porteuses de handicap. Le transport peut proposer du travail à tout le monde. Par ailleurs, il est en pleine mutation, avec des enjeux très forts, avec des camions de plus en plus assistés, de nouvelles énergies. Nous avons besoin de nouveaux talents. Il y a de vrais enjeux pour les femmes et les hommes qui travaillent dans le transport. À nous de savoir inciter toutes les générations à travailler dans nos métiers.

> Lire l'intégralité de l'article dans l'Officiel des transporteurs (réservé aux abonnés).
 

Repères

• Les 25-26 septembre 2021, LMTR sera aux côtés de Jennifer Janiec, aux 24 heures du Mans camions

• Du 16 au 20 novembre 2021 à Solutrans, à Lyon

• Le Monde du Transport Réuni (LMTR) est présent sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, Spotify et a une chaîne YouTube

• Plateforme de recrutement : https://www.letransportrecrute.fr/

Auteur

  • Florence Roux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format