Menu
S'identifier

Le gouvernement place le transport au cœur du "plan hydrogène"

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 04.06.2018 | Dernière Mise à jour : 04.06.2018

À travers 14 mesures et avec un budget de 100 millions d'euros, la feuille de route du gouvernement vise à faire émerger une filière industrielle décarbonée, à doper les capacités de stockage et parvenir à des solutions "zéro émission" dans les transports.

Crédit photo M. Bouquet/Terra

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, vient de dévoiler son "plan hydrogène". Si l’objectif est de parvenir à faire émerger une filière industrielle "d’excellence", les transports font partie des leviers envisagés pour y parvenir.

"Le plan hydrogène doit être l’impulsion qui va mettre en mouvement cette filière d’excellence pour démocratiser, à terme, les usages de cette énergie dans notre quotidien", a souligné Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, en dévoilant son "plan hydrogène" le 1er juin à Paris.

À travers 14 mesures et avec un budget de 100 millions d'euros, la feuille de route du gouvernement vise à faire émerger une filière industrielle décarbonée, à doper les capacités de stockage, mais aussi à parvenir à des solutions "zéro émission" dans les transports.

Des objectifs chiffrés

Premier levier que compte utiliser le gouvernement : développer la flotte et les stations. Dans ce cadre, deux échéances sont prévues, chiffres à la clé :

  • 5 000 véhicules utilitaires légers (VUL), 200 véhicules lourds à hydrogène et 100 stations d’ici 2023 ;
     
  • puis 20 000 à 50 000 VUL, 800 à 2 000 véhicules lourds et 400 à 1 000 stations d’ici 2028.

Deuxième levier envisagé : donner de l’élan aux constructeurs et aux porteurs de projets de la filière dans tous les modes de transport, par le biais de lancement d’appels à manifestation d’intérêt.

Une mission parlementaire cette année

Dernier levier : la législation. En amont, le plan prévoit le lancement d’une mission parlementaire d’ici la fin du premier semestre 2018, en charge "d'estimer la place de l’hydrogène dans le rail et identifier les verrous  à lever". En parallèle, l’Ademe se voit confier un rôle de pilote pour orienter les acteurs de la filière, "notamment pour les questions réglementaires ou de financement, de structurer et de piloter les déploiements d’écosystèmes hydrogène". Enfin, il s’agit de mettre sur pied un cadre réglementaire spécifique pour les stations d’ici mi-2018, et de clarifier celui lié à la sécurité et à la prévention des risques.

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format