Menu
S'identifier

L’arrivée d’Uber Freight vue par Everoad

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 12.04.2019 | Dernière Mise à jour : 12.04.2019

Maxime Legardez, fondateur et Pdg d’Everoad.

Crédit photo Everoad

La plateforme Uber Freight arrive en Europe en démarrant par les Pays-Bas. Comment cette arrivée est elle vécue par les acteurs européens déjà en place ? Le point avec Maxime Legardez, fondateur et Pdg d’Everoad, plate-forme de mise en relation entre expéditeurs et transporteurs.

Actu Transport & Logistique : Comment analysez-vous l’arrivée d’Uber Freight en Europe 
Maxime Legardez  :
 Cette arrivée s’effectue dans un contexte de digitalisation croissante du marché du transport routier de marchandises, un marché qui pèse plus de 300 milliards d’euros en Europe.

Je soulignerai également qu’en 2017 Goldman Sachs a publié une étude selon laquelle le marché du fret était 5 à 7 fois plus conséquent que celui des taxis et des VTC. L’arrivée d’Uber apparaît donc comme une très bonne chose et nous ne pouvons que nous en réjouir. Nous sommes fiers qu’un géant américain investisse le marché européen, trois ans après nous. Everoad a été précurseur en la matière. 


ATL : Aux États-Unis, Uber Freight compte un grand nombre de patrons-chauffeurs parmi ses utilisateurs, pensez-vous qu’il adopte la même approche en Europe 
M.L. :
C’est le cas aux États-Unis, où effectivement le marché est très fragmenté. C’est moins le cas en Europe et rien ne dit qu’Uber adopte cette stratégie. 


ATL : Uber Freight se positionne comme un transitaire, un positionnement un peu similaire au vôtre, sachant qu’Everoad a obtenu le statut de commissionnaire de transport en 2018. Cette concurrence est-elle une menace pour votre activité 
M.L.
 : Cette concurrence ne nous effraie pas. Nous avons investi beaucoup d’argent, de temps et de talent pour construire de bonnes relations avec les expéditeurs et les transporteurs. Nous investissons également avec notre équipe d’ingénieurs pour bâtir des algorithmes qui permettent d’avoir un prix du transport optimal, en donnant le bon prix au bon moment. Il n’y a rien d’évident à ce qu’Uber puisse nous concurrencer aussi facilement. Le transport de marchandises est une industrie vivante et autrement plus complexe que le transport de personnes.

Auteur

  • Propos recueillis par Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format