Menu
S'identifier

Crise sanitaire: l’Allemagne ferme ses frontières

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 15.02.2021 | Dernière Mise à jour : 16.02.2021

Les horaires d’ouverture des stations de test côté allemand sont jugés inadaptés pour répondre aux besoins des transports de marchandises tandis que les tests viennent à manquer côté tchèque.

Crédit photo Expa/​Jfk/​dpa

L'Allemagne a fermé ce week-end ses frontières avec la République tchèque, la Slovaquie et l'Autriche à cause du Covid. Même les travailleurs frontaliers passent au compte-gouttes. Dans certaines zones frontalières de Bavière, les conducteurs de poids lourds sont à 80 % tchèques. Ils n'ont pu rejoindre leur poste de travail dimanche soir, du fait des nouvelles règles sanitaires. Les postes frontières organisent des tests à des horaires inadéquats. Déjà, la fédération de l'industrie automobile annonce des rutpures de chaîne. 

Le scénario redouté par les transporteurs est en train de devenir réalité aux frontières de l’Allemagne. Face à la progression des variants chez ses voisins, la République fédérale ferme l’une après l’autre ses frontières. Depuis dimanche minuit, seules certaines catégories de transfrontaliers – personnel médical mais aussi conducteurs de poids lourds – peuvent passer la frontière en provenance de l’Autriche, de la République tchèque et de la Slovénie, à condition d’être munies d’un test négatif datant de moins de 48 h. Depuis, d’interminables colonnes de poids lourds sont immobilisées sur des dizaines de kilomètres à la frontière entre l’Allemagne et le Tyrol autrichien. Lequel bloque désormais pour sa part les camions en provenance d’Italie dans le sud-Tyrol italien. "Nous ne laisserons pas le Tyrol devenir le parking de l’Europe", avertissent les autorités régionales autrichiennes.

Préoccupant

La situation est très préoccupante pour l’industrie automobile allemande. Selon la fédération de la branche VDA, les constructeurs pourraient dès lundi devoir interrompre les chaînes de production de leurs sites bavarois d’Ingolstadt, de Regensburg et Dingolfing ainsi que les sites saxons de Zwickau et Leipzig, faute des pièces détachées fournies par leurs sous-traitants étrangers, notamment tchèques. La fédération des transporteurs, BGL, demande  pour sa part au gouvernement de mettre en place des stations de dépistage du covid efficaces et fiables aux frontières.

Horaires inadaptés

Les horaires d’ouverture de ces stations côté allemand sont notamment critiqués, jugés inadaptés pour répondre aux besoins des transports de marchandises tandis que les tests viennent à manquer côté tchèque. 80 % des conducteurs embauchés par les transporteurs de l’Est bavarois sont originaires de la République tchèque. Quantité d’entre eux n’ont pu se rendre à leur travail dimanche soir, du fait des nouvelles dispositions sanitaires. Face à la propagation du virus, la fédération BGL demande également au gouvernement de reconnaître la validité de tests qui ne seraient pas réalisés par le corps médical. Ces tests ne sont pour l’heure pas autorisés en Allemagne. 

Auteur

  • Nathalie Versieux, correspondante à Berlin

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format