Menu
S'identifier

La pandémie n’affecte pas la santé des bourses de fret

Grand angle | publié le : 25.02.2021 | Dernière Mise à jour : 25.02.2021

Selon Eurostat, les trajets à vide représentent 15 à 30 % des trajets dans la plupart des États membres de l’Union européenne. 

Crédit photo DR

Malgré les deux confinements et les couvre-feux successifs, les bourses de fret tirent leur épingle du jeu. Alpega et Timocom accroissent leurs activités ; B2PWeb maintient ses niveaux. Certaines d’entre elles investissent même dans de nouvelles fonctionnalités qui devraient sortir cette année.

Selon l’Institut américain de recherche sur les transports (ATRI), les entreprises de transport routier de marchandises ont parcouru 17 milliards de kilomètres en 2019, dont 20,1 % à vide (contre 16,6 % en 2018). Avec un coût global de 1,98 euro par kilomètre, les transporteurs routiers de marchandises auraient ainsi perdu 6,77 milliards d’euros en 2019. De même, selon Eurostat, les trajets à vide représentent 15 à 30 % des trajets dans la plupart des États membres de l’Union européenne.

Tout l’enjeu des bourses de fret est donc de réduire ce gaspillage. Depuis leur démarrage avec Teleroute à l’époque du Minitel, le succès de ces plateformes mutualisées pour l’achat et la vente de capacités de fret entre transporteurs routiers de marchandises semble se poursuivre. La pandémie due au Sars-CoV-2 a-t-elle impacté les bourses de fret ? Pas sûr.

Impact limité de la pandémie

D’après Alpega, propriétaire de Teleroute, mais aussi de l’espagnol Wtransnet et du roumain 123Cargo/Bursa. "Avec 73 000 sociétés de transport inscrites, soit plus de 250 000 membres actifs, nous avons connu en Europe une croissance de nos transactions quotidiennes de l’ordre de 12 % en 2020 à près de 200 000 en moyenne par jour", explique Vincent Pérez, directeur commercial France Marketplace pour Alpega.

Même refrain chez Timocom, la bourse de fret allemande également à vocation paneuropéenne, qui comptabilise 45 000 transporteurs, commissionnaires, logisticiens et chargeurs dont 135 000 membres actifs pour 82,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019. "Pour 2020, nous anticipons davantage une hausse en nombre de clients, d’utilisateurs, d’offres de fret et de véhicules disponibles qu’une augmentation de chiffre d’affaires", détaille Steven Van Cauteren, directeur de l’activité grands comptes et partenaires de Timocom.

Pour sa part, B2PWeb tient un discours plus mesuré. "Au niveau de la vente de solutions, nous avions maintenu l’activité, confie Audrey Cayetano, directrice produit chez S2PWeb, filiale de H2P, Holding Premium professionnel, qui possède également la bourse de fret B2PWeb, essentiellement tournée vers le marché français. Nous avons subi une baisse brutale des volumes de dépose et recherche de fret surtout à l’occasion du premier confinement. Moins pour le second confinement." Ajoutons que B2PWeb, qui a réalisé un chiffre d’affaires de près de 9,4 millions d’euros en 2019, rassemble 10 000 clients pour 36 700 utilisateurs actifs.

 
Lire l'intégralité du dossier (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3055 du 19 février 2020.

Auteur

  • Éliane Kan, Erick Haehnsen

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format