Menu
S'identifier

L’AUTF prend contact avec le ministère des Transports

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 18.07.2017

Le problème de recrutement des conducteurs routiers, "une inquiétude partagée par les pouvoirs publics, responsables aussi en partie de l’image donnée à la profession avec un discours anticamions", rapporte Christian Rose, délégué général de l’AUTF.

Crédit photo David Delion

L’Association des utilisateurs des transports de fret (l’AUTF) a rencontré le 13 juillet Élisabeth Borne, ministre des Transports, dans le cadre de ses entretiens avec les acteurs du secteur.

C’était un premier rendez-vous utile de "prise de contact". L’AUTF, l’Association des Utilisateurs des Transports de Fret, a rencontré le 13 juillet Élisabeth Borne, ministre des Transports, qui poursuit ainsi ses entretiens avec les acteurs du secteur.

Le problème du recrutement

Cet entretien était destiné à faire part des préoccupations des chargeurs et à échanger sur les sujets, parfois épineux, du moment. Le premier : le problème de recrutement des conducteurs routiers, "une inquiétude partagée par les pouvoirs publics, responsables aussi en partie de l’image donnée à la profession avec un discours anticamions", rapporte Christian Rose, délégué général de l’AUTF. Il souligne qu'"il est difficile de mobiliser des jeunes pour être conducteur quand, en parallèle, on parle de plus en plus du camion autonome. Néanmoins, il faut rassurer les conducteurs dont la présence sera toujours nécessaire à la tête du véhicule."

Canal Seine-Nord inquiété

Second sujet majeur abordé : le canal Seine-Nord. La ministre a indiqué à l’AUTF sa volonté de relancer des études sur les perspectives de trafics et de flux. "C‘est une nouvelle qui nous refroidit et un mauvais signal envoyé aux parties prenantes, déclare Christian Rose. Ce canal est un axe d’amélioration logistique notamment pour les Hauts-de-France. Ce projet est déjà lancé, financé par l’Europe et les régions essentiellement. L’État participe à hauteur de 1 Md€ et la ministre veut s’assurer que l’investissement ne dépasse pas ce qui est prévu".

La pause est donc confirmée pour ce chantier mais cette décision laisse en suspens le devenir des subventions, accordées par l’UE, et de la poursuite du projet dont le calendrier demeure incertain.

Thème(s) associé(s)

Infrastructures Infrastructures

Auteur

  • Carine Sai

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format