Menu
S'identifier

Karima Delli : "La bataille du corridor ne fait que commencer pour la commission transport !"

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 16.10.2018 | Dernière Mise à jour : 16.10.2018

Karima Delli, présidente de la commission transport du Parlement européen, donnait une conférence le 8 octobre 2018 dernier à propos du corridor mer du Nord-Méditerranée.

Crédit photo Sylvie Mugular

Karima Delli, présidente de la commission transport du Parlement européen, donnait une conférence le 8 octobre 2018 dernier à propos du corridor mer du Nord-Méditerranée et de l’étude sur les conséquences de l’absence d’accord résultant du Brexit, dans le transport et le tourisme.

L'Officiel des Transporteurs : A six mois du départ du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), vers quelle porte de sortie se dirige t-on ?

Karima Delli : La question qui se pose aujourd’hui sur le Brexit, c’est le “deal or no deal”. Le maintien du statu quo est difficile à vendre au Royaume-Uni, car cela signifierait qu’il continue à respecter les règles de l’UE. Finalement, nous envisageons sérieusement un no deal, un scénario auquel il va falloir se préparer.

L'O.T : Comment ?

K.D : J’ai commandé une étude sur les conséquences du Brexit. Les résultats sont en accord avec les inquiétudes exprimées par les parties prenantes, notamment en termes de non-respect des standards européens, par exemple les temps de repos et de conduite des conducteurs routiers. La France est aux premières loges. Les régions transmanche risquent de subir de graves conséquences sur le plan économique. Un fonds de compensation européen est nécessaire, car il n’est pas normal que les Régions paient le Brexit. Des négociations financières doivent donc être entreprises.

L'O.T : Au chapitre maritime, il semblerait que les ports français aient été oubliés. Quelle est votre réaction ?

K.D. : En ce qui concerne l’aménagement du corridor mer du Nord-Méditerranée, la création d’une route maritime dans le Réseau transeuropéen de transport (RTE-T) avait pour but de ne pas isoler l’Irlande. Mais les ports français ont été oubliés. Je n’accepte pas cette mesure, d’autant plus que le Parlement européen et la commission transport n’ont pas été consultés.

La bataille ne fait que commencer pour la commission transport. J’ai introduit des amendements dans le mécanisme d’interconnexion afin d’inclure les ports de Calais, Dunkerque ainsi que Brest, Roscoff, Cherbourg et Caen dans le corridor.

Il faut tout faire pour éviter un no deal et prévoir un “accord” de transition plutôt qu’une “période” de transition, car le Royaume-Uni ne doit pas pouvoir écarter l’application des standards européens pendant cette période. Les déclarations doivent être suivies d’actes car il y a urgence ! 

Auteur

  • Samorya Wilson

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format