Menu
S'identifier

JO Paris 2024 : Une logistique en or, transporteurs d’exploits

Décryptage | publié le : 24.07.2020 | Dernière Mise à jour : 24.07.2020

La crise sanitaire a suspendu toutefois ses premiers chantiers dont ceux liés à la construction du village olympique et paralympique;

Crédit photo Paris 2024 / KMSP)

Si la crise sanitaire du Covid-19 hypnotise les esprits, elle n’arrête pas le temps ni les calendriers. Celui des JO Paris 2024 avance à grande vitesse et impose une réflexion logistique pour anticiper ses enjeux. Tel est le sens de la démarche "Une logistique en or, transporteurs d’exploits" qui fédère les organisations et associations professionnelles du secteur.

Une fois le choix du Comité international olympique arrêté, la ville lauréate est engagée dans une course contre la montre pour aménager ses installations sportives et les hébergements destinés aux athlètes et à leurs délégations. Le report d’un an des Jeux de Tokyo pour cause de Covid-19 n’a pas modifié le calendrier des Jeux Olympiques Paris 2024, pour l’heure.

Des calendriers plus tendus

La crise sanitaire a suspendu toutefois ses premiers chantiers dont ceux liés à la construction du village olympique et paralympique pilotés par la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo). Lancés le 4 novembre en bordure de Seine sur les communes de Saint-Denis, l’Île-Saint-Denis et Saint-Ouen-sur-Seine, ils sont arrêtés ou tournent au ralenti depuis le 17 mars.

Cette suspension tend un peu plus les calendriers. L’année 2020 est consacrée en effet à la démolition et à la préparation des terrains sur un périmètre de 51 hectares avant le début des travaux des bâtiments prévus entre 2021 et 2023. La livraison du village est toujours fixée au 1er mars 2024 pour des compétitions qui commenceront le 26 juillet 2024.

Approche collaborative

C’est dans ce calendrier que s’inscrivent les professionnels du transport et de la logistique fédérés aujourd’hui autour de la démarche Une logistique en or, transporteurs d’exploits. En lien avec les différentes instances publiques, telles que la délégation interministérielle des Jeux olympiques, la Ville de Paris, la Région Île-de-France, la Métropole du Grand Paris et la DGITM, cette initiative rassemble une quarantaine d’organisations professionnelles et une centaine de personnes.

"Sur la base d’un travail collaboratif entre tous les intervenants, elle vise à préparer et à anticiper les enjeux logistiques et de mobilités en amont et pendant l’événement avec la prise en compte des besoins spécifiques aux Jeux et ceux de la logistique du quotidien, puis dans la phase dite d’héritage des Jeux", explique Jérome Douy, qui coordonne le projet pour l’Union TLF.

Pour ce faire, l’ambition de la filière est de "rassembler tous les acteurs privés et publics concernés pour porter d’une seule voix les enjeux de la logistique urbaine, sensibiliser les pouvoirs publics et le grand public au rôle fondamental de la logistique urbaine dans l’organisation des JO et, plus globalement, au service des collectivités, et inviter les parties prenantes à un travail avec la profession sur plusieurs enjeux d’ores et déjà identifiés", précise le directeur délégué du pôle Multimodal et Développement durable de TLF.

Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3030-3031 du 17 juillet 2020.

 

Auteur

  • Erick Demangeon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format