Menu
S'identifier

Jean-Claude Plâ, président du groupe de transport Vingeanne : "Le mécénat, c’est bon pour l’image !"

Grand angle | publié le : 23.10.2020 | Dernière Mise à jour : 23.10.2020

Jean-Claude Plâ, président du groupe Vingeanne.

Crédit photo

Situé en Haute-Marne, le groupe Vingeanne, dont l’activité est partagée entre le transport (distribution), la logistique (e-commerce) et les commissions de transport, pratique le mécénat depuis une vingtaine d’années. Pour son président Jean-Claude Plâ, c’est notamment un moyen efficace de soigner son image et sa réputation.

L’Officiel des transporteurs : Depuis quand le groupe Vingeanne pratique-t-il le mécénat ?
Jean-Claude Plâ : Depuis plus d’une vingtaine d’années en direction d’associations culturelles et sportives. Nous avons un rôle social et culturel à jouer sur notre territoire, d’autant que certains de nos collaborateurs interviennent dans ces structures.

L'OT : De quels moyens disposez-vous ?
J.-C. P. : L’entreprise est mécène du festival annuel Le Chien à Plumes organisé à quelques kilomètres de notre site. À ce titre, nous versons 3 000 € à chaque édition et réalisons le transport de matériel. Depuis vingt ans, nous soutenons le Rallye Terre de Langres à hauteur de 5 000 €. Et, depuis cette année, nous accompagnons le Club de volley de Chaumont via une contribution financière de 15 000 €. Au fur et à mesure que l’entreprise grandit (210 salariés, 90 moteurs, 30 M€ de CA), le budget est revu à la hausse. De 10 000 € au démarrage, il est de 40 000 € aujourd’hui. Nous sommes sollicités par les associations. Notre volonté est de rester fidèles à celles que nous soutenons afin de les accompagner durablement.

L'OT : Qu’en retirez-vous ?
J.-C. P. : Le mécénat nous permet de développer notre notoriété, impactée par la satisfaction des collaborateurs. Nous obtenons aussi la reconnaissance des acteurs locaux, notamment des élus. Le mécénat peut également être un moyen d’attirer de nouveaux talents.

L'OT : Que diriez-vous à un transporteur qui hésite à pratiquer le mécénat ?
J.-C. P. : Cela fait partie de notre mission d’accompagner le tissu local, associatif… Certes, cet engagement représente un investissement mais, ramené au chiffre d’affaires de l’entreprise, cela est supportable. Et c’est toujours un plus en matière d’image. Je suis persuadé que le mécénat nous permet de remporter de nouveaux marchés.

L'OT : Est-ce un message porté par l’association de promotion de la filière transport Le Monde du transport réuni, dont vous êtes le vice-président ?
J.-C. P. : Pas vraiment, même si les transporteurs adhérents signent une charte dans laquelle ils s’engagent à nouer des contacts avec les acteurs de leurs territoires. Nous avions enclenché en 2019 des démarches pour bénéficier du mécénat et attirer ainsi plus de transporteurs mais l’association n’est pas éligible [car elle n’œuvre pas en faveur de l’intérêt général, Ndlr].
 

> Lire l'intégralité du Grand Angle consacré au mécénat dans l'Officiel des transporteurs n° 3039 du 16 octobre 2020

Auteur

  • propos recueillis par Florence Falvy

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format