Menu
S'identifier

Iveco ne sera pas vendu au groupe chinois FAW

FranceRoutes | Routier | publié le : 27.04.2021 | Dernière Mise à jour : 26.04.2021

Le groupe avait annoncé en 2019 son intention de séparer ses activités de camions, bus et véhicules commerciaux de celle des machines agricoles et de construction, en créant une nouvelle société cotée autour d’Iveco.

Crédit photo DR

Le rachat d’Iveco par le chinois FAW tombe à l’eau. CNH Industrial, maison-mère du constructeur italien, a annoncé le 17 avril avoir mis fin à ses discussions avec le constructeur chinois FAW Jiefang en vue de la vente de sa filiale Iveco (camions, bus), une transaction à laquelle s’était opposé le gouvernement italien.

Alors que les négociations avaient repris en début d’année (après une première offre de rachat à 3 milliards d’euros jugée insuffisante), le groupe italo-américain indique dans un communiqué avoir "terminé les discussions avec FAW Jiefang concernant l’activité On-Highway", les activités routières de sa branche véhicules industriels qui comprennent notamment les marques Iveco, Iveco Bus et Heuliez Bus.

Soulagement de Rome et Paris

Le ministre italien du Développement économique s’est aussitôt félicité de cette décision, une nouvelle accueillie "de manière positive" par le gouvernement de Mario Draghi  : "Nous avons a suivi toute l’affaire de près car la production de véhicules routiers lourds est d’un intérêt national stratégique", a commenté Giancarlo Giorgetti dans un communiqué.Celui-ci avait d’ailleurs évoqué en mars la possibilité de recourir au "golden power", qui confère à l’exécutif italien des pouvoirs spéciaux dans des secteurs considérés comme stratégiques pour le pays."La décision d’abandon du rachat d’Iveco-Heuliez par le groupe chinois FAW est une bonne nouvelle. Cette opération soulevait d’importants enjeux de souveraineté industrielle", a quant à lui réagi le ministre français de l’Economie, Bruno le Maire, sur Twitter.

Au lieu d’une vente, CNH Industrial a précisé "poursuivre ses plans existants pour une scission de ces activités au début de 2022." Le groupe avait annoncé en 2019 son intention de séparer ses activités de camions, bus et véhicules commerciaux de celle des machines agricoles et de construction, en créant une nouvelle société cotée autour d’Iveco, avec l’ambition de s’imposer comme numéro un dans les deux secteurs.

Lire également cet article sur www.franceroutes.fr

Auteur

  • Marc De Sousa

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format