Menu
S'identifier

Italie : les routiers exemptés de l’application de la certification verte Covid-19

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 16.07.2021 | Dernière Mise à jour : 16.07.2021

Cette décision est importante dans la mesure où elle établit que les professionnels de transport ne devront plus effectuer de test moléculaire (RT-PCR) ou antigénique dans les 48 heures ou les 72 heures précédent leur arrivée à la frontière italienne au départ et à l’arrivée.

Crédit photo Adobe Stock

Le ministère de la Santé italien a décidé que les routiers qui entreront ou sortiront du pays, ne seront plus soumis à l’application de la certification verte Covid-19 introduite en Italie le 21 juin dernier. En revanche, les routiers devront remplir les fiches de traçabilité numérique européennes (dPLF). 

Enfin une bonne nouvelle pour les routiers ! Le ministère de la Santé italien vient d’annoncer que les professionnels du transport toutes catégories confondues qui entreront ou sortiront du pays, ne seront plus soumis à l’application de la certification verte Covid-19 introduite en Italie le 21 juin dernier.

Des fiches de traçabilité numérique 

Ce document est valable au titre de certificat Covid numérique de l’Union européenne (UE) et doit faciliter les voyages vers et depuis tous les pays de l’UE et de l’espace Schengen. Il contient une preuve de la vaccination, un résultat de test négatif ou la preuve du rétablissement du coronavirus de moins de six mois. En revanche, les routiers devront remplir les fiches de traçabilité numérique européennes (dPLF). Le ministère tenant compte des difficultés de téléchargement des fiches pour des raisons d’ordre technique, autorise les routiers à remplir une auto-déclaration.

Cette décision est importante dans la mesure où elle établit que les professionnels de transport ne devront plus effectuer de test moléculaire (RT-PCR) ou antigénique dans les 48 heures ou les 72 heures précédent leur arrivée à la frontière italienne au départ et à l’arrivée. Ils ne devront plus par ailleurs, effectuer une période quarantaine de cinq ou dix jours comme c’était le cas avant le 21 juin dernier. A moins précise le dispositif ministériel, que les routiers aient été en contact avec un patient covidé avant leur arrivée ou leur départ ou qu’ils aient des symptômes caractérisant l’infection par le coronavirus.

Auteur

  • Ariel F. Dumont

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format