Menu
S'identifier

Innovation : un projet d’autoroute magnétique à plus de 300 km/h

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 01.03.2018 | Dernière Mise à jour : 01.03.2018

Le projet s’inspire du projet de Tesla tout en faisant l’impasse des tubes sous vide, dont la construction est jugée beaucoup trop complexe et onéreuse.

Crédit photo Arrivo

Une voie magnétique qui permettrait à des véhicules de passagers et de fret de traverser son centre-ville à près de 320 km/h, c'est ce que s'apprête à tester la ville de Denver aux Etats-Unis, d’ici 2021. Ce procédé est développé par la société Arrivo, dont le dirigeant n'est autre que Brogan BamBrogan, un ancien du projet Hyperloop élaboré par Tesla.

La ville américaine de Denver (Colorado) devrait posséder d’ici 2021 une voie magnétique qui permettra à des véhicules de passagers et de fret de traverser son centre-ville à près de 320 km/h. Ce procédé est développé par la société Arrivo, une start-up avec laquelle l’État du Colorado vient de passer un accord de développement.

Un principe de capsules

Arrivo a été créée par Brogan BamBrogan, un ancien du projet Hyperloop. Son projet s’inspire d’ailleurs du projet de Tesla tout en faisant l’impasse des tubes sous vide, dont la construction est jugée beaucoup trop complexe et onéreuse.

Le procédé se concentre sur la construction d’une piste électromagnétique le long des voies existantes, en reprenant le même procédé que les trains à lévitation magnétique Maglev utilisés en Chine ou au Japon. Différence notable, cette piste sera sillonnée par des capsules, dans lesquelles peuvent embarquer des petits véhicules.

20 000 véhicules par heure contre 2 500

Arrivo prévoit aussi de faire "léviter" des navettes aux usages spécifiques, pour le transport de fret ou de passagers. La start-up ne vise pas de traverser les États-Unis à la vitesse du son, comme Hyperloop, et destine plutôt son réseau à des trajets urbains de courte distance.

Arrivo prévoit ainsi de démarrer à Denver avec une piste d'essai longeant l'autoroute E-470, qui relie le nord au sud de la ville et dessert notamment l'aéroport principal. Le trajet, qui prend habituellement 35 à 70 minutes en temps habituel, devrait passer à 10 minutes.

Mise en service en 2021

L’autoroute Arrivo permettra également de décupler le trafic, en faisant convoyer 20 000 véhicules par heure contre 2 500. L’investissement nécessaire est évalué entre 10 et 15 millions de dollars (8-12 M€). Les premiers tests devraient démarrer l’année prochaine, avec une mise en service promise pour 2021. Un délai serré qui peut étonner, sachant que le plan de recrutement de personnel qualifié vient tout juste d’être lancé. La ville de Denver a même prévu une cagnotte de 760 000 dollars (622 000 €) dans le cas où Arrivo arriverait à tenir ses engagements.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format