Menu
S'identifier

Groupement FLO : "S’entraider, s’échanger les bonnes pratiques et faire force commune"

Événement • Interview | publié le : 07.10.2021 | Dernière Mise à jour : 12.10.2021

David Sagnard, président du groupement FLO et PDG des Transports Carpentier ; Anaïs Malvaux, responsable de la FLO Académie et PDG des Transports Malvaux ; et David Latreyte, secrétaire général du groupement FLO.

Crédit photo DR

Créé en 1993, le groupement FLO compte aujourd’hui 105 adhérents, totalisant 13 000 collaborateurs. À l’occasion de ses Universités d’été organisées du 19 au 22 septembre, David Sagnard, président du groupement FLO et PDG des Transports Carpentier, Anaïs Malvaux, responsable de la FLO Académie et PDG des Transports Malvaux, et David Latreyte, secrétaire général du groupement FLO, reviennent sur la vocation du groupement, ses actualités et ses projets.

L’Officiel des transporteurs : Comment définiriez-vous la vocation et les objectifs du groupement FLO ?
David Sagnard : La vocation principale du groupement est de fédérer, d’apporter des éléments aux entreprises par l’échange de bonnes pratiques, la commercialisation et le service entre elles. Avec nos partenaires, nous bénéficions de conditions par rapport à l’achat de matériels ou de pièces détachées, avec notamment les remises de fin d’année (RFA). C’est surtout la cerise sur le gâteau, car les adhérents attendent en priorité qu’on puisse s’entraider, s’échanger des bonnes pratiques et faire force commune sur de la commercialisation, sur la réponse à des appels d’offres même si nous n’avons pas de cellule commerciale et si chaque entreprise reste indépendante commercialement par rapport à ses activités et les activités des uns et des autres.

David Latreyte : Actuellement, le groupement totalise 105 adhérents, avec la validation récente de l’intégration des Transports Cransac (31) par le conseil d’administration. L’année 2021 a été particulièrement riche puisque l’on compte sept adhésions.

L'OT : Quelles conditions une entreprise doit-elle remplir pour pouvoir intégrer le groupement ?
D
. S. : la première condition, c’est la volonté du chef d’entreprise d’entrer dans un groupement. Ce sont les candidats qui doivent faire une démarche volontaire et entrer dans le moule du groupement FLO. Ils doivent partager la même philosophie que les gens qui ont créé le groupement il y a maintenant vingt-huit ans : participer, échanger, communiquer. Il faut aussi que l’entreprise soit solvable, car on a des volumes d’échanges entre adhérents. Il n’y a en revanche pas de condition de taille minimale. Ça permet aux entreprises de taille plus modeste de se développer grâce au groupement.

L'OT : Quelle place la transition énergétique tient-elle au sein du groupement ?
D. S. : Le groupement a cette fibre, et a même été fer de lance avec l’action de FLO Palettes, dont Alexandre Petit, est président du CoDir. Cette initiative, depuis huit ans, entend reboiser les forêts françaises en replantant un arbre toutes les dix palettes. Le puits de carbone créé par le groupement est bien réel et nous sommes investis depuis longtemps. Les adhérents sont aussi engagés dans leur réduction de l’empreinte carbone en investissant dans du matériel moins consommateur et moins énergivore. Le GNL, notamment, est très bien développé au sein du groupement, avec quelque 250 moteurs. D’autres ont fait le choix de rouler au B100. Il y a quelques années, nous avions incité nos adhérents à s’engager dans une charte environnementale, soit sur la charte, soit sur une labellisation, et aujourd’hui plusieurs d’entre eux sont chartés.

L'OT : Comment le groupement accompagne-t-il les adhérents dans cette transition ?
Anaïs Malvaux : Comme on a un peu de recul sur certaines technologies en place, on peut réaliser un benchmark plus poussé. Des webinaires ont été organisés pour mettre en exergue les différentes énergies afin que les chefs d’entreprise estiment celle leur convient le mieux. Mais il y a d’autres critères qui peuvent intervenir. Par exemple, des demandes clients peuvent être un peu plus strictes.

D. L. : On apporte des informations techniques qu’il faut coupler à l’offre des différents constructeurs parfois plus spécifique, toutes les marques n’avançant pas toutes les technologies vitrines. Par ailleurs, nos adhérents ont des particularités géographiques et des types de marchés particuliers. Un adhérent qui se trouve par exemple dans la région de Grenoble rencontrera des contraintes différentes d’un autre se trouvant dans les Ardennes.

D. S. : Il y a aussi des coûts d’exploitation différents. La Région Hauts-de-France, par exemple, ne souhaite pas aider les entreprises au développement des véhicules roulant au gaz, alors que cette énergie est au contraire "sponsorisée" en Nouvelle-Aquitaine.

> Lire la suite dans l'Officiel des transporteurs (réservé aux abonnés).

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format