Menu
S'identifier

Gilets Jaunes : exploitations tendues et sécurité en jeu

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 29.11.2018 | Dernière Mise à jour : 29.11.2018

Camions bloqués, enseignes de distribution non livrées, marchandises immobilisées, usines sous tension… le mouvement des gilets jaunes commence à peser sur l'activité.

Crédit photo Adobe Stock

L’action des gilets jaunes a sérieusement malmené les plans de transport des entreprises de transport routier de marchandises. Et mené la vie dure aux conducteurs.

Des files ininterrompues de camions sur une portion de nationale ou au détour d’un rond point. Ces images ont fait le tour des télévisions dans la semaine du 19 novembre. Camions bloqués, enseignes de distribution non livrées, marchandises immobilisées, usines sous tension… En corollaire, des conducteurs contraints à l’attente dans leur cabine des heures entières, des jours pour certains, au mépris de l’hygiène la plus élémentaire…

Perte de chiffre d'affaires

La barque est pleine de ces actions qui commencent à hérisser, le mot est faible, le poil des transporteurs, petits et grands. Certains, du côté de Lille, en sont même à perdre le nord, à l’image de Christophe Caron, spécialiste du transport frigorifique (10 camions dans le froid et sec). "Nous avons tous perdu entre 50 % et 70 % du chiffre d’affaires. Pour ceux qui opèrent dans l’alimentaire, les conséquences ont commencé un week-end avant. Certaines plateformes n’ont pas pris le risque de charger le samedi. Du coup, nous avons perdu toutes les tournées du samedi. Au niveau des navettes, au lieu de 15, nos avons opéré 5 tournées". Christophe Caron appartient à l’ex-collectif Spinelli, qui voulait "monter à Paris" au temps de l’écotaxe.

Il projettait, avec d’autres, de rejoindre Paris pour manifester ce 2 décembre – sans se joindre aux gilets jaunes – mais y a finalement renoncé. "On voulait manifester pour le gazole, les charges, la concurrence déloyale. Mais nous avons perdu trop de chiffre d’affaires la semaine dernière, aussi nous préférons rester dans nos exploitations."

Les camions pour cible

L’anarchie – du moins, l’absence d’organisation et d’encadrement –qui règne autour du mouvement des gilets jaunes a fait prendre les camions pour cible. "Ce ne sont pas nos entreprises de transport qui licencient ; au contraire, nous cherchons désespérément à embaucher. Nous sommes des opérateurs économiques, pas des décideurs politiques. Ce sont nos entreprises et nos emplois qui en subissent les conséquences en première ligne", déclare la FNTR Picardie dans un communiqué.

Plus bas, dans le Sud-Est, la situation de ras-le-bol perdure. À Avignon, à Nîmes, dans les Alpes-de-Haute-Provence (Barcelonnette où 130 véhicules étaient bloqués le 26), du côté de Marseille ou de Fos, les actions de blocage et de filtrage se poursuivent.

Un discours peu convaincant

D’autant que le discours d’Emmanuel Macron du 27 novembre n’a pas convaincu grand-monde dans les rangs des gilets jaunes. Ni du côté du patronat du TRM. "En PACA, nous avons beaucoup souffert la semaine dernière. Cette semaine (du 26 novembre, Ndlr), la tension s’est relâchée, notamment au niveau des dépôts pétroliers", souligne Jean-Marc Montagnac, le secrétaire général de l’OTRE PACA.

Lequel pointe du doigt l’action "nocive" de bandes venues des quartiers Nord de Marseille qui se mêleraient aux Gilets jaunes et constitueraient, selon lui, une menace pour les conducteurs. Jean-Marc Montagnac dit même s’être fendu d’un courrier en direction du préfet afin de l’alerter sur la situation.

Le responsable patronal indique à ce sujet que les dites bandes "ont confectionné des clous artisanaux pour les placer sous les roues des camions". Selon Jean-Marc Montagnac, les blocages et autres filtrages mènent à cette situation ubuesque qui veut que "nous ne satisfaisons pas les livraisons mais nous faisons payer les charges fixes au client". 

 

REACTION . Claude Blot, président de l’Union TLF

"Nous sommes pénalisés de plein fouet. Il serait temps que l’ordre public soit restauré. Dans son discours du 27 novembre, le Président de la République nous a montré sa vision de la transition écologique à 20-30 ans. J’espère que les entrepreneurs seront invités aux travaux de réflexion, notamment au sein du Haut conseil à l’action climatique qu’il met sur pied. 

Emmanuel Macron a parlé de taxe flottante. Je pense qu’il faisait allusion à la taxe carbone ; mais je rappelle qu’il y aura augmentation de la TICPE au 1er janvier prochain.(…) Il a également évoqué ces contrats de transition énergétique qui seraient signés avec les Régions : le transport privé peut être concerné par ces contrats(…). Il faut aussi se pencher sur l’inégalité énergétique qui pénalise certains régions et frappe certains secteurs économiques français en matière de compétitivité sur le marché européen".

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format