Menu
S'identifier

portrait

Gérard Enel, le transporteur Gilet jaune

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 11.01.2019 | Dernière Mise à jour : 11.01.2019

Gérard Enel dit représenter les petits patrons du TRM.

Crédit photo DR

Tous les samedis, Gérard Enel bat le pavé parisien. Ce petit transporteur et Gilet jaune qui joue les reporters sur Twitter veut porter la parole des petites entreprises de transport. Il se présente d'ailleurs comme un représentant des petits patrons du transport routier de marchandises.

Cela ne s’invente pas, le nom de sa petite entreprise, GJ Transports, résonne dans l’air du temps. Depuis la toute première action des Gilets jaunes, Gérard Enel bat le pavé parisien chaque samedi. Et, à chaque fois, il se transforme en reporter sur le réseau social Twitter "pour montrer qu’il y a davantage de monde que ce que prétendent les médias". Ce dirigeant d’une société qui effectue du transport à la demande (ainsi que de la commission de transport) ne compte plus qu’un seul salarié. "Nous étions encore quatre, il y a quatre ans", indique-t-il.

Son combat, la concurrence déloyale

À travers son engagement, Gérard Enel se présente comme un représentant des petits patrons du TRM. Il aurait préféré que "les Gilets jaunes bloquent plutôt les camions étrangers". Car il est là, son combat à ce passionné de transport : la concurrence déloyale que subit sa profession et que, dit-il, les pouvoirs publics français et européens, sont incapables d’endiguer malgré leurs promesses tout au long de ces dernières années. "Je refuse ce nouveau monde que l’on veut nous imposer", déclare ce dirigeant issu d’un milieu modeste, qui vit aujourd’hui en partie de son modeste revenu de transporteur et de sa pension de retraite.

"Retour à un capitalisme industriel"

Gérard Enel se souvient que dans les années 2000, il facturait une semi 500 € pour 200 km et 8 heures de travail. "Aujourd’hui, j’en tire 400 €, quand c’est bien payé." À l’évocation du RIC (référendum d’initiative populaire) réclamé par les Gilets jaunes, Gérard Enel attend que "le président de la République écoute la rue. Il faudrait installer au pouvoir des gens issus de la classe moyenne qui porteraient la parole des classes populaires, car nos dirigeants sont coupés du monde", souligne ce nostalgique de la TRO, qui prône "le retour à un capitalisme industriel".  

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format