Menu
S'identifier

Gaz naturel véhicule : une nouvelle étape juridique pour le projet Équilibre

Transition énergétique | publié le : 19.09.2022 | Dernière Mise à jour : 26.09.2022

Semi Truck Driver Looking at Diesel Tank Cap

Le consortium du projet Equilibre pense que le biométhane est la solution pour décarboner les flottes de poids lourds.

Crédit photo Tomasz Zajda - stock.adobe.com

Les transporteurs fondateurs du consortium Équilibre et leurs partenaires dans les tests opérationnels de véhicules au GNV lancent des travaux pour mettre au point un modèle de contrat d’approvisionnement qui permettra  d’encadrer les prix sur une longue période.

Lancé en 2011 par six transporteurs pour évaluer en situation réelle d’exploitation des véhicules au gaz, le projet Équilibre vient d’entrer dans une deuxième phase. "Nous croyons toujours que le biométhane est la solution pour décarboner les flottes", explique Pascal Mégevand, gérant de Mégevand Frères, l’une des PME fondatrices du consortium porteur du projet. Mais dans le contexte actuel de flambée des prix, difficile pour les transporteurs de "garder la tête froide", comme il voudrait les y inciter. C’est pourquoi la phase Équilibre 2 porte sur une forme de sécurisation des projets GNV. "Nous travaillons sur un nouveau type de contrats qui associeront un producteur de biométhane et un utilisateur, explique Pascal Mégevand. Ce sont des business purchase agreements (BPA)." 

Une fourniture garantie et à un prix encadré

En signant un tel contrat, le producteur s’engagera sur une fourniture garantie et à un prix encadré, sur dix ans. Soit une visibilité bien plus grande qu’avec un contrat classique. "À Mégevand Frères, un tiers de nos achats pour notre station GNV sont à prix fixe, témoigne le patron de la PME haut-savoyarde. Aujourd’hui, celui-ci est plus intéressant que lorsque nous avons signé le contrat, mais il reste sur trois ans seulement." Autre avantage du BPA, précise le dirigeant, "le prix du biométhane ne sera plus indexé sur le marché mondial, mais uniquement sur l’évolution des coûts de compression, de distribution, de maintenance…" 

> Lire la suite de l'article dans l'Officiel des transporteurs n° 3124 du 16 septembre 2022 (réservé aux abonnés)

Auteur

  • Véronique Vigne-Lepage

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format