Menu
S'identifier

Etude CNR : une hausse des coûts de 1,7 % en 2021… hors Covid

Actualités | publié le : 08.12.2020 | Dernière Mise à jour : 08.12.2020

L'étude du CNR vise à aider les transporteurs à se projeter dans leurs négociations tarifaires, "sans intégrer les probables variations d’activité dues à la poursuite de la crise du Covid".

Crédit photo DR

Un rebond de l’épidémie de Covid, qui bloque la reprise économique, et des perspectives pour 2021 qui s’en trouvent mécaniquement dégradées…Avec la crise sanitaire en toile de fond, l’enquête annuelle du CNR portant sur les coûts du transport routier s’avère peu réjouissante pour les entreprises du secteur.

Pour 2021, les prévisions d’augmentation des coûts, hors gazole et hors Covid, pourraient atteindre en moyenne + 1,7 %. Un résultat qui ressort de l’étude du Comité national routier (CNR) portant sur le bilan du transport routier et ses perspectives et visant à aider les transporteurs à se projeter dans leurs négociations tarifaires, "sans intégrer les probables variations d’activité dues à la poursuite de la crise du Covid".

Le facteur prépondérant de cette inflation s’explique par l’évolution du coût de personnel de conduite. Les tensions sur le marché de l’emploi des conducteurs devraient ainsi perdurer selon les études de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) et, face à la pénurie de conducteurs, les entreprises pourraient pratiquer des politiques d’augmentation salariale volontaires supérieures aux revalorisations de branche.

Parmi les autres postes qui devraient subir une inflation se trouvent les coûts de structure (+ 1,6 %), les péages et les coûts de détention (+ 1 %). Le gazole restant toujours la composante la plus incertaine, le CNR a préféré ne pas figer de prévision sur ce poste de coût.

Jusqu’à 6,8 % avec l’impact Covid

Le CNR s’est par ailleurs penché sur les répercussions de la crise sanitaire. Au niveau de la conjoncture économique d’abord, la reprise progressive qui se dessinait au troisième trimestre se trouve bloquée par le rebond de l’épidémie. Ainsi, au niveau national, le PIB annuel, déjà en baisse de – 8 % à – 9 % après la première vague, devrait se creuser et atteindre "au mieux" entre – 10 % et – 12 %.

Pour estimer l’impact de la crise sur les entreprises du secteur, le CNR a procédé à des simulations basées sur des facteurs qui, s’ils étaient tous cumulés pour une entreprise, pourraient avoir une incidence d’inflation sur les coûts de revient, hors gazole, allant jusqu’à + 6,8 %. Par exemple, le versement d’une prime d’activité durant le confinement de 500 euros par conducteur (qui pouvait aller jusqu’à 1 000 euros, voire 2 000 euros en cas d’accord d’intéressement) se traduirait par une inflation du coût de personnel de conduite, toutes choses égales par ailleurs, de + 1,4 % en longue distance et + 1,5 % en régional.

Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3044 du 20 novembre 2020.

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format