Menu
S'identifier

Étude CNR : La reprise économique, robuste, chahute les coûts du transport routier

Actualités | publié le : 15.11.2021 | Dernière Mise à jour : 16.11.2021

C’est un état des lieux en demi-teinte que dresse le Comité national routier (CNR) dans sa dernière étude.

Crédit photo DR

Selon l’étude que vient de publier le Comité national routier (CNR), la reprise économique est bien installée, même si la croissance du transport routier de marchandises reste hésitante. Mais le revers de la médaille est une inflation majeure, notamment sur les carburants.

C’est un état des lieux en demi-teinte que dresse le Comité national routier (CNR) dans sa dernière étude Perspectives économiques et coûts du transport routier, publiée fin octobre. Côté tendances économiques, les nouvelles sont plutôt bonnes : malgré une situation sanitaire incertaine sur le plan mondial,"la reprise économique, rapide en 2021, débouche sur une croissance robuste et attendue à + 4,5 % en 2022", assure le CNR.

Un niveau d'avant crise en décembre

Côté français, bien que des disparités sectorielles perdurent, la situation économique s’est rapidement redressée en 2021 et devrait retrouver son niveau d’avant-crise en décembre. Selon le CNR, "la croissance du PIB annuel pourrait même dépasser les + 6,3 % prévus actuellement". Mais le revers de la médaille, tant au niveau mondial que national, est une situation "hautement inflationniste" depuis le printemps, notamment à cause de "goulets d’étranglement multiples" dans les chaînes d’approvisionnement.

Selon l’OCDE, le taux d’inflation augmenterait en moyenne dans le monde de 3,7 % cette année et de 3,9 % en 2022. En France, elle a dépassé le seuil des + 2 % en août et ne devrait pas ralentir avant le premier trimestre 2022. Dans ce contexte, la croissance de l’activité du transport routier de marchandises reste en dents de scie, constate le CNR, qui pointe cependant une tendance générale de 3 % au-dessus du niveau d’avant la crise sanitaire et des "perspectives encourageantes" pour le troisième trimestre 2021.

Signe que les transporteurs retrouvent foi en l’avenir, les immatriculations de porteurs neufs – qui s’étaient effondrées en 2020 – sont reparties à la hausse à partir d’avril (+ 3 % en glissement annuel), de même que celle de tracteurs routiers (+ 5,9 %).

Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3088 du 5 novembre 2021.

Auteur

  • Véronique Vigne-Lepage

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format