Menu
S'identifier

3 questions à…

Éric Rabouin, FNTR pays de la Loire : "Aller vers une gouvernance collaborative"

Actualités | publié le : 31.08.2021 | Dernière Mise à jour : 01.09.2021

Éric Rabouin, nouveau président régional de la FNTR Pays de la Loire.

Crédit photo DR

Le 16 juin dernier, Éric Rabouin a été élu pour trois ans à la présidence de la FNTR Pays de la Loire (400 adhérents) aux côtés de Vincent Lesage (Transports Breger - 53) qui assure la coprésidence… Premier travail, une feuille de route autour de cinq axes.

L’Officiel des transporteurs : Le 16 juin dernier, vous avez été élu pour trois ans à la présidence de la FNTR Pays de la Loire (400 adhérents) aux côtés de Vincent Lesage (Transports Breger - 53) qui assure la coprésidence… Pourquoi avoir souhaité prendre cette nouvelle fonction ? Éric Rabouin : Après un premier mandat à la présidence de la FNTR 44 et en tant que membre [trésorier] du bureau de l’UTPL [Union des transports des Pays de la Loire, qui regroupe la FNTR et la FNTV], c’était une suite logique. Dans un esprit collaboratif, je vais m’inspirer de ce qui a été réalisé par mes prédécesseurs, le renforcer, tout en étant à l’écoute de nouvelles idées. Il s’agit de travailler main dans la main avec Vincent Lesage, mais aussi avec les administrateurs. Parmi les projets, nous prévoyons de nommer des experts thématiques (fiscalité/économie, mobilité durable, logistique urbaine…).

L'OT : À quels enjeux sera confronté le monde du transport ? Et, par conséquent, quels seront les chantiers prioritaires de la FNTR des Pays de la Loire ? E. R. : Les enjeux sont multiples avec, en premier lieu, le poids de l’écologie dans l’économie et la décarbonation du secteur. Un séminaire sera organisé en septembre avec l’ensemble des présidents départementaux. Ce sera l’occasion de définir une feuille de route autour de cinq axes : accompagner en proximité les entreprises et adhérents pour identifier les bonnes pratiques et faciliter les échanges ; être un acteur privilégié et responsable au sein des organismes interprofessionnels et auprès des politiques ; promouvoir l’image de la profession [notamment à l’aide de la mallette digitale Mobilibox – cf. OT n° 3057] et être visible (réseaux sociaux…) ; piloter la gouvernance et, enfin, jouer collectif. 

L'OT : Avec 1 500 emplois à pourvoir dans la Région, est-ce l’occasion d’accentuer les efforts pour féminiser encore les effectifs ?

E. R. : Oui, bien sûr. Au fil des années, les véhicules s’adaptent, les outils évoluent, ce qui ouvre de nouvelles perspectives pour les femmes. À nous de mettre en avant les conductrices dans les médias, les écoles… et de convaincre certains acteurs, comme Pôle emploi. Le regard sur la profession change, mais il n’évolue pas assez vite à mon goût.

Auteur

  • Propos recueillis par Florence Falvy

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format