Menu
S'identifier

Enquête longue distance du CNR : les bénéfices du regain d’activité limités

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 26.06.2018 | Dernière Mise à jour : 26.06.2018

truck moves on highway

L’indice de production d’un véhicule et l’indicateur d’activité des parcs exploités en longue distance s’améliorent de + 1,5 % et de + 2,9 % entre les 4e trimestres 2016 et 2017.

Crédit photo Adobe Stock

En 2017, l’ensemble des postes a engendré une hausse de 1 % du coût de revient d’un véhicule, hors gazole. Cette augmentation, tirée de l’enquête annuelle du CNR sur l’activité longue distance du TRM en 2017, se trouve amoindrie par la hausse de l’activité en général.

Le coût de revient d’un véhicule, hors gazole, enregistre une inflation moyenne annuelle de + 1 % en 2017, portée principalement par les postes conducteurs, péages et matériel. C'est ce que révèle l’enquête annuelle du CNR sur l’activité longue distance du TRM en 2017, qui vient d'être publiée. Le regain d’activité de 2017 a toutefois permis d’atténuer cette hausse. L’indice de production d’un véhicule et l’indicateur d’activité des parcs exploités en longue distance s’améliorent ainsi de + 1,5 % et de + 2,9 % entre les 4e trimestres 2016 et 2017.

Les séquelles de la crise encore perceptibles

Autre domaine concerné par la hausse des coûts, le poste conducteurs suit les augmentations des accords de revalorisation des minima conventionnels de rémunération des conducteurs en 2017. Le salaire minimum d’un conducteur s’élève ainsi de + 0,6 % à + 0,9 % selon son coefficient et ses indemnités de déplacement augmentent de 0,6 %. Toutefois, note le rapport, "les séquelles de la crise de 2008 sont encore perceptibles".

De manière générale, les niveaux d’activité demeurent nettement inférieurs à ceux observés avant la crise. L’indicateur d’activité en 2017 reste 10 % inférieur à celui de 2007.

Le déficit de compétitivité du parc français perdure

Autre enseignement de l’enquête 2017, la croissance ne s’est pas diffusée uniformément à toutes les entreprises et concerne principalement les plus grandes entreprises de l’échantillon. Les petites entreprises éprouvent toujours autant de difficultés à optimiser la productivité de leurs véhicules. D’une part, les tensions actuelles sur le marché de l’emploi dans les métiers de la conduite et la pénurie de conducteurs risquent de freiner le développement de l’activité. D’autre part, sur le marché européen, le déficit de compétitivité du parc français perdure et limite les débouchés potentiels des entreprises.

L’activité du pavillon français à l’international pour compte d’autrui recule de - 7 % en 2016 et de - 1,2 % sur le premier semestre 2017, en comparaison des six premiers mois de 2016.

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format