Menu
S'identifier

En Espagne, la profession veut impulser l’eCMR

Actualités | publié le : 17.07.2020 | Dernière Mise à jour : 17.07.2020

Le potentiel de l’eCMR en Espagne est considérable : plus de 70 millions de CMR sont émis chaque année.

Crédit photo DR

Profiter de la crise sanitaire pour accélérer l’implantation de l’eCMR en Espagne : tel est l’objectif de la Confédération espagnole du transport de marchandises (CETM), la principale organisation professionnelle du secteur, qui a proposé à ses membres un accès gratuit à Transfollow pendant les mois d’avril et de mai 2020. Il y a un an, en mai 2019, la CETM avait signé un accord de commercialisation.

L’accès à l’eCMR est possible en Espagne depuis février 2019, date d’entrée en vigueur du dispositif juridique correspondant. Mais, la profession n’a pas attendu que les textes soient publiés au Journal Officiel espagnol. L’Astic (Association du transport routier international), l’organisation qui rassemble les entreprises du transport routier de marchandises travaillant à l’international, agit pour l’utilisation de l’eCMR depuis 2016. Le 25 février 2019 a eu lieu la première utilisation de cet outil dans une opération de transport international multimodal, entre l’Espagne et l’Italie, réalisée par le transporteur espagnol Transitalia España et la compagnie maritime italienne Grimaldi, sur un trajet Madrid-Valence-Livourne-Vérone.

Un potentiel considérable

Le potentiel de l’eCMR en Espagne est considérable : plus de 70 millions de CMR sont émis chaque année. Cependant, la profession reconnaît que l’utilisation de la version électronique a été "faible" jusqu’ici. À la CETM, on insiste sur le fait que cela ne dépend pas uniquement des transporteurs mais aussi des clients, les chargeurs. Lors d’un webinaire organisé le 14 mai par la société technologique Vrio, sur le thème "Le transport face à une nouvelle réalité", les représentants de la CETM présents ont plaidé vigoureusement pour le déploiement du nouvel outil.

En réponse, Nuria Lacaci, secrétaire générale d’Aeutransmer, l’une des principales organisations des chargeurs espagnols, a affirmé vouloir "parier" sur l’eCMR et a proposé la création d’un groupe de travail spécifique afin de faciliter son implantation. Une initiative jugée positive par la CETM qui estime que la mobilisation des organisations des chargeurs ne suffira pas : leurs adhérents doivent suivre. "Il faut que les entreprises incorporent cette nouvelle technologie", affirme-t-on au siège de la Confédération.

Auteur

  • Daniel Solano

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format