Menu
S'identifier

La prime exceptionnelle : prorogée et adaptable à la crise du coronavirus

Actu-Transport-Logistique.fr | Economie et entreprises | publié le : 07.05.2020 | Dernière Mise à jour : 08.05.2020

Les salariés ayant travaillé durant la crise sanitaire pourront bénéficier d'une prime plus élevée.

Crédit photo Pixabay

Outre le report de la date limite de son versement au 31 août 2020, le montant de la prime de pouvoir d’achat peut aussi être modulé en fonction des conditions de travail des salariés pendant l’épidémie du Covid-19.

Après l’ordonnance du 1er avril 2020 fixant les critères d’attribution de la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat et repoussant la date de son versement au 31 août 2020, une instruction de la direction de la Sécurité sociale (DSS) du 15 avril 2020 est venue préciser les modalités de la distribution de la prime aux salariés, notamment à travers une foire aux questions. Ainsi, l’employeur pourra privilégier les salariés ayant permis le maintien de l’activité pendant l’épidémie de Covid-19.

Le versement de la prime ou son montant pourront donc dépendre du critère de présence des salariés dans l’entreprise, apprécié à la date de l’accord d’entreprise ou de la décision unilatérale de l’employeur. Autrement dit, d’après les précisions apportées par la DSS, les salariés en télétravail pendant la période de crise pourront être écartés du dispositif ou voir leur prime abaissée. Cependant, il appartiendra à l’employeur de démontrer en quoi les "conditions de travail liées à l’épidémie" justifient la différence de traitement entre ses collaborateurs.

Majoration de la prime

En principe, la prime de pouvoir d’achat peut être versée uniformément à tous les salariés (à conditions que leur rémunération brute mensuelle n’excède pas 3 Smic, soit 4 618,25 €/mois). Mais son montant reste modulable selon les bénéficiaires en fonction de la rémunération, du niveau de classification, du temps de travail et de la durée de présence dans l’entreprise pendant l’année écoulée. Cependant, il faut savoir que pour l’appréciation de cette dernière condition, les absences au titre des congés : maternité, paternité, pour adoption, parental d’éducation, pour enfant malade, de présence parentale, ne doivent pas être prises en compte.

Rappelons que si son montant peut être variable, la prime exceptionnelle ne peut faire l’objet d’exonération de cotisations sociales et fiscales (CSG, CRDS, impôt sur le revenu et ensemble des contributions et taxes dues sur les salaires) que dans la limite de 1 000 €. À noter que cette limite est portée à 2 000 € pour les employeurs ayant conclu un accord d’intéressement.

Thème(s) associé(s)

Social

Auteur

  • Samorya Wilson

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format