Menu
S'identifier

Décarbonation et véhicules propres : le transport routier en pole position

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 23.01.2017 | Dernière Mise à jour : 28.09.2017

delphine batho

"Il faudrait élaborer une norme Euro unique et multicritères", propose Delphine Batho, rapporteure de la mission d’information parlementaire "sur l’offre automobile française dans une approche industrielle, énergétique et fiscale".

Crédit photo David Delion

Un an après la signature de l’accord de Paris lors de la COP21 en 2015, la Commission européenne travaille à sa mise en œuvre avec l’élaboration d’une stratégie pour une mobilité à faible taux d’émissions.

Conséquence directe de la signature de l’accord de Paris à l’issue de la COP21 en décembre 2015, la Commission européenne accélère la transition vers une économie circulaire à faible intensité de carbone ou décarbonée.

La France parmi les bons élèves

Bruxelles pousse les feux sur la réduction les émissions de dioxyde de carbone (CO2) des poids lourds, l’un des principaux gaz à effet de serre (GES) responsable du réchauffement climatique. "Au sein de l’Union européenne, l’objectif de réduction de 20 % des GES à l’horizon 2020 est en passe d’être atteint - insiste Michel Savy, président du conseil scientifique de l’association TDIE - La France se situe parmi les bons élèves." Malgré une légère hausse : en 2012, les poids lourds (y compris les bus et les cars) émettaient 6,7  % de l’ensemble du CO2 français (source : CITEPA, calculs FNTR). En 2014, ils représentaient plus de 8 % de l’ensemble des émissions de dioxyde de carbone français (source : CITEPA).

Bruxelles consulte

En parallèle, l’administration bruxelloise des transports DG Move a lancé en décembre une vaste consultation publique afin de réviser la directive 2009/33/EC relative à la promotion de véhicules de transport routier propres et économes en énergies. Les réponses au questionnaire doivent être retournées le 24 mars au plus tard.

De fait, la décarbonation du TRM pose avec acuité la question de la pertinence des normes environnementales. "En Europe, la norme Euro est fixée a priori avant l’homologation du véhicule, décrypte un bon connaisseur du dossier. Aux États-Unis, elle est déclarative et l’administration effectue des contrôles aléatoires a posteriori."

Une norme Euro unique

Ce n’est pas un hasard si la Commission a aussi lancé en 2016 une vaste consultation publique (28 juillet-28 octobre) qui s’est, elle, concentrée sur le contrôle et la déclaration des émissions mais qui visait à obtenir un premier retour d’information sur les normes. "Il faudrait élaborer une norme Euro unique et multicritères qui intégrerait tous les paramètres de pollution à l’émission et qui respecterait le principe de neutralité technologique", martèle Delphine Batho, rapporteur de la mission d’information parlementaire "sur l’offre automobile française dans une approche industrielle, énergétique et fiscale". À suivre. 

Auteur

  • Louis Guarino

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format