Menu
S'identifier

Coopérative Laïta : des efforts pour verdir ses transports

Chargeurs | publié le : 24.01.2022 | Dernière Mise à jour : 24.01.2022

Depuis septembre 2021, Laïta s'est investie dans le dispositif Fret21. Parmi ses engagements, on peut relever une réduction du nombre de kilomètres, davantage d'écoconduite, des plans de palettes optimisés, moins de diesel...

Crédit photo DR

La coopérative bretonne Laïta, qui partage ses activités entre la collecte, la transformation et la commercialisation de produits laitiers, s’est engagée dans un plan de réduction de son empreinte carbone, via le dispositif Fret21. 

Chaque année, ce sont 1,5 milliard de litres de lait qui sont collectés auprès de 2 660 exploitations laitières en Bretagne et dans les Pays de la Loire, avec un effectif de 3 020 salariés en France et 1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaires (66 % en France et 34 % à l’export). Voici, en quelques chiffres, ce que représente la coopérative Laïta, née du regroupement, en 2009, des activités laitières d’Even, de Terrena et d’Eureden. Située à Brest, dans le Finistère, l’entreprise compte sept sites industriels de transformation (deux dans le Finistère, trois dans les Côtes-d’Armor, un dans le Morbihan et un en Loire-Atlantique) ainsi que cinq filiales en Italie, Belgique, Grande-Bretagne et en Espagne regroupant une centaine de collaborateurs.

L'export vers 93 pays

L’entreprise, connue notamment pour ses marques Paysan Breton et Madame Loïk, développe quatre grandes familles de produits : les produits de grande consommation (beurre, fromage, yaourt, crêpes…) qu’elle exporte vers 93 pays, la nutrition santé, les ingrédients laitiers et les aliments jeunes mammifères.

Pour acheminer ses produits de grande consommation (PGC), Laïta s’appuie sur une flotte d’une vingtaine d’ensembles de la société STGE (Société de transports groupe Even) pour assurer les transports internes entre ses usines et ses deux plateformes logistiques à Ploudaniel (29) et Ancenis (44) et livrer en direct quelques clients (industriels agroalimentaires ou grandes/moyennes surfaces), majoritairement en Bretagne et dans les Pays de la Loire.

Réduire son empreinte carbone

Parallèlement, son activité transport est tournée vers la sous-traitance. "Nous travaillons avec une vingtaine de prestataires – STEF, les transports Chabas, groupe Antoine… – et passons par une procédure d’appel d’offres tous les deux ans", indique Philippe Van Belleghem, directeur logistique positionné sur les flux aval. Les transporteurs sont évalués sur différents critères : "le taux de service, leur capacité à assurer certaines destinations, les prix mais aussi leurs engagements RSE", poursuit-il. "Avec le temps, le label ou la charte Objectif CO2 deviendra un critère de choix", complète le directeur produits Jean-Marie Le Bris. Les achats responsables, c’est d’ailleurs l’un des trois leviers d’actions utilisés par Laïta pour réduire son empreinte carbone.

> Lire la suite de l'article dans l'Officiel des transporteurs

Auteur

  • Florence Falvy

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format