Menu
S'identifier

Conflits en Allemagne autour du transport du bois

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 28.08.2020 | Dernière Mise à jour : 02.09.2020

Les forestiers réclament le retour à l’autorisation du cabotage pour leur secteur. 

Crédit photo G. Frohnemann

Trois années de sécheresse ont eu, sur les exploitations forestières allemandes, des conséquences dramatiques. Les arbres, affaiblis par le manque d’eau, ne parviennent plus à se défendre contre la vermine et quantité de troncs doivent être abattus. Le secteur du transport du bois, confronté à des cadences inhabituelles, n’arrive plus à suivre.

Trois années de sécheresse ont eu sur les exploitations forestières allemandes des conséquences dramatiques. Les arbres, affaiblis par le manque d’eau, ne parviennent plus à se défendre contre la vermine et quantité de troncs doivent être abattus. Le secteur du transport du bois, confronté à des cadences inhabituelles, n’arrive plus à suivre.

Dans ce contexte, les forestiers réclament le retour à l’autorisation du cabotage pour leur secteur. Dans le sud-ouest du pays, le ministère des Transports régional du Bade-Wurtemberg se heurte au ministère des forêts au sujet des transports de plus de 44 tonnes.

Face à un regain d’activité dans l’industrie forestière, les autorités allemandes avaient autorisé voici 2 ans, à titre transitoire, le cabotage pour le transport du bois. Il avait alors fallu abattre quantité d’arbres dans certaines régions du pays, à la suite de fortes tempêtes. Le nombre de camions et de chauffeurs à même d’assurer ces transports spéciaux étant limité, le ministère des Transports avait autorisé les transporteurs étrangers à intervenir sur le sol allemand. Cette autorisation transitoire est arrivée à échéance fin 2019.

Une recrudescence du cabotage illicite

Depuis, les contrôles effectués au hasard dans le pays par l’Office des Transports BAG font état d’une recrudescence du cabotage illicite dans le transport du bois,  notamment en ex-RDA et en Rhénanie à l’ouest du pays, où les transporteurs d’Europe de l’Est sont particulièrement actifs. En ex-RDA, les transporteurs d’Europe de l’est représentent jusqu’à 70 % du transport du bois, selon les estimations.

Sous la pression de la branche, la ministre fédérale de l’Agriculture et des forêts, la conservatrice Julia Klöckner, demande à ce que l’interdiction du cabotage soit de nouveau assouplie, suscitant la colère de la fédération des transporteurs et de la logistique BGL. "Le problème se trouve du côté des scieries, débordées par la quantité de travail de coupe à effectuer, pas du côté des transporteurs", argumentent la fédération sur LinkedIn.

Une pression sur les prix

Selon des entreprises allemandes du secteur, la pression sur les prix se ferait déjà sentir du fait de cette concurrence illicite qui contraindrait en outre les transporteurs nationaux à travailler de nuit, pour éviter les files d’attente de camions étrangers aux portes des scieries.

"Nous avons un problème non résolu dans les forêts, rétorque la branche du bois par le biais de sa fédération AGR. Le manque de capacités pour le transport du bois, qui se fait particulièrement sentir du fait des quantités de bois à couper. Dans ce contexte, il faut lever l’interdiction du cabotage pour une durée déterminée." Les forestiers demandent également la levée temporaire de l’interdiction de circuler en fin de semaine pour les camions du secteur. 

Une menace pour la coalition au pouvoir

Dans le sud-ouest du pays, particulièrement frappé par une attaque de coléoptères, le conflit autour du bois menace la coalition au pouvoir dans la région. Depuis des années, le ministère des Transports (Verts) s’oppose au ministère des Forêts (aux mains des conservateurs) au sujet d’une interdiction de circuler pour les camions de plus de 44 tonnes sur 515 routes comprenant des ponts en mauvais état.

Devant l’urgence de déblayer les forêts, le ministère des Forêts réclame la levée de l’interdiction de circuler pour les gros poids-lourds sur une partie des ponts de la région. Selon le gouvernement fédéral, un cinquième des routes nationales du sud-ouest du pays sont considérées comme vétustes, de même qu’un quart des ponts d’autoroute et un dizième des ponts de routes nationales. 

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format