Menu
S'identifier

Combiné rail-route : les signaux positifs se multiplient

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 15.11.2019 | Dernière Mise à jour : 15.11.2019

En l’espace de quelques semaines, ce ne sont pas moins de trois liaisons de transport combiné qui ont vu le jour. 

Crédit photo DR

Les planètes semblent désormais alignées pour favoriser un recours accru au transport combiné rail-route. En prolongement du florilège de nouvelles relations depuis la rentrée 2019, le regard porté par les chargeurs et les transporteurs en faveur d’un mode de transport plus respectueux de l’environnement apparaît comme le gage d’un prochain renforcement de la dynamique de cette filière. Celle-ci reste, toutefois, fragile et ne demande donc qu’à être consolidée.

La fréquentation record à la Journée du transport combiné organisée à Paris le 9 octobre, constitue bien un signe du surcroît d’intérêt porté à ce mode de transport. Cela ne représente pas une surprise en soi tant les facteurs devant contribuer à ce report modal se multiplient.

Plusieurs facteurs en ligne de compte

Le principal est assurément lié aux pénuries de main-d’œuvre que doit supporter le transport routier. Selon des données récentes, il manquerait, à l’heure actuelle, 50 000 conducteurs pour couvrir les besoins de ce secteur, dont la part modale était de… 89,1 % en 2018. Certains observateurs avancent même que "c’est un vrai sujet sociétal, le métier de conducteur étant devenu un métier de reconversion".

La fiscalité routière avec des débats en cours autour du projet de loi de finances 2020 ne manque pas d’inquiéter également les transporteurs et les chargeurs tout comme la congestion routière. Sans oublier la démarche environnementale dans laquelle les chargeurs veulent s’inscrire.

Une rentrée porteuse

En l’espace de quelques semaines, ce ne sont pas moins de trois liaisons de transport combiné qui ont vu le jour.  Transfert, filiale du groupe Lahaye Global Logistics, a ouvert le bal le 7 septembre avec une nouvelle liaison entre Rennes et Gennevilliers. Présentée comme la seule alternative envisageable, la solution du combiné rail-route achemine des voussoirs pour alimenter le chantier Eole (prolongement à l’ouest de la ligne de RER E parisien).

Puis, Marfret, via sa filiale FluvioFeeder Armement a suivi en mettant en place, le 3 octobre dernier, un trafic de conteneurs échangés entre le terminal à conteneurs TCMD de Rouen et le terminal de Bonneuil-sur-Marne au sud-est de Paris.

Dans la foulée, c’est le groupe suisse Hupac qui a annoncé la création d’une ligne Perpignan-Cologne à compter du 1er janvier 2020. Les convois transporteront aussi bien des conteneurs que des semi-remorques. 

Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°2995 du 8 novembre 2019.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format