Menu
S'identifier

CLS Transports : "Nous demandons une suspension temporaire du cabotage abusif qui impacte notre activité"

Indicateurs | publié le : 29.09.2020 | Dernière Mise à jour : 29.09.2020

Quentin Baralle, responsable affrètement de CLS Transports.

Crédit photo DR

Quentin Baralle, responsable affrètement de CLS Transports, a pu faire face à l'orage pendant la crise sanitaire en louant ses véhicules pour des livraisons de denrées alimentaires. C'est aujourd'hui qu'il a davantage besoin d'aide, car il navigue à vue. C'est pourquoi il envisage de demander le prêt garanti par l'État et une suspension temporaire du cabotage abusif.

"La reprise se passe plutôt bien même si cela pourrait être mieux. Actuellement, nous naviguons à vue. Face à l’incertitude du marché, nous envisageons de demander le prêt garanti par l’État alors même que nous n’en avons pas eu besoin au plus fort de la crise sanitaire. En effet, pendant la crise, nous avons mis toute notre flotte en location pour des livraisons de denrées alimentaires. Ce qui nous a permis de tenir sur le plan économique et financier.

Pour remercier nos conducteurs qui se sont mobilisés pendant cette période, nous leur avons versé la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat. Nous tenons à gratifier nos salariés autant que possible, notamment par la mise en place d’une prime d’intéressement. Ce qui bénéficie à notre marque employeur et nous préserve de la pénurie de conducteurs.

Poids lourds Euro VI et VUL électriques

S’agissant de la transition écologique, nous avons obtenu le Label CO2 délivré par l’Ademe. Tous nos véhicules poids lourds sont Euro VI et les VUL que nous utilisons pour le transport de produits sanguins sont électriques. Investir dans des véhicules au gaz naturel nous intéresserait mais nous sommes freinés par le manque d’infrastructures.

En ce qui concerne le plan de relance du gouvernement, nous demandons une suspension temporaire du cabotage abusif qui impacte notre activité. Dans la perspective de la période difficile qui s’annonce, à terme, nous n’arriverons pas à faire face à la concurrence déloyale au regard des prix pratiqués par certains transporteurs européens, même si nous arrivons à nous différencier en qualité de service.

Dans les mois à venir, nous projetons de développer notre activité transport de déchets industriels et d’acheter un VUL électrique pour renforcer notre parc destiné au transport de produits sanguins."
 

Repères

• Siège : Cambrai (59)

• CA 2019 : 1 M€

Effectif : 11 salariés

• Parc : 7 PL et 2 VUL

• Spécialités : marchandises générales, déchets industriels, produits sanguins

Auteur

  • Samorya Wilson

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format