Menu
S'identifier

Arthur Martel, directeur de MBWay : “Nous avons décortiqué le profil du jeune recruté idéal”

RH/Formation | publié le : 28.02.2022 | Dernière Mise à jour : 28.02.2022

Arthur Martel, directeur de l’école MBWay.

Crédit photo DR

L’école de management MBWay ouvre en septembre prochain, pour une vingtaine de places, une formation bac+5 de management de la supply chain et des achats qu’elle propose déjà dans six autres de ses campus français. Arthur Martel, directeur de l'école, revient sur cette initiative.

L’Officiel des Transporteurs : Quelle est la particularité du MBA Management de la supply chain et des achats que vous ouvrez à Lyon ?

Arthur Martel : Cette formation a la particularité de notre école, l’alternance et le travail régulier avec des entreprises, qui nous font remonter leurs besoins. C’est ainsi que nous avons repéré qu’en matière de logistique, supply chain et achats, nos programmes préparaient à la direction managériale et à la gestion de projets, mais pas encore aux aspects techniques.

Le programme que nous avons donc monté est une alliance de ces trois expertises : le cœur de métier de la supply chain et des achats, les compétences managériales et de relation client, et enfin la gestion de projets sur le plan industriel. Notre différence, c’est cette réponse à la complétude des exigences des employeurs, jusqu’à les accompagner, dans leurs recrutements, à trouver les bons professionnels.


L'O.T.: Quel est plus précisément le contenu pédagogique de ce cursus ?

A. M. : Le programme, national, a été monté par une équipe projet qui a demandé à des experts et recru­teurs du domaine de décortiquer les métiers, leur environnement économique, le profil du jeune recruté idéal…

En quatrième année, la partie direction de projet porte sur la stratégie et la prise de décision, la qualité ou encore le diagnostic financier. La partie management aborde jusqu’à la planification des outils de système informatique ou encore les ressources humaines : ce n’est pas forcément ce que cherchent les étudiants, mais les entreprises estiment qu’un manager ne peut ignorer cet aspect. La cinquième année permet de renforcer les dimensions management, développement stratégique, management des risques, audit…

Par ailleurs, les étudiants réalisent, en quatrième année, un mémoire professionnel faisant des préconisations sur un projet de leur entreprise. Puis en cinquième année, ils ont, dans une mission d’expertise, à pousser jusqu’à la planification de la mise en œuvre, avec planning, ressources et calcul du retour sur investissement.


L'O.T. : Quels résultats d’insertion dans la filière cette formation obtient-elle dans les villes où elle existe déjà ?

A. M. : Comme il s’agit d’alternance, ces résultats sont importants : au bout d’un an, 100 % des étudiants sont en emploi dans le domaine dans lequel ils se sont formés… Ce qui est important : ils ne sont pas partis vers un autre champ d’activité.

À Lyon, nous travaillons avec les entreprises de logistique et transport routier du bassin. Certaines nous connaissent déjà par une autre formation, visant l’international. C’est le cas par exemple des sites de CH Robinson ou d’Expeditors, qui recrutent de plus en plus.

 

Auteur

  • Véronique Vigne-Lepage

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format