Menu
S'identifier

Anne Hidalgo songe à bannir tous les véhicules du centre-ville parisien

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 15.11.2018 | Dernière Mise à jour : 15.11.2018

Le projet concerne les quatre premiers arrondissements de la capitale, situés au cœur de Paris, rive droite, avec "la création d’une zone de circulation extrêmement restreinte, avec des navettes électriques autonomes".

Crédit photo Adobe Stock

La maire de Paris veut interdire le centre historique de la capitale aux véhicules en cas d’une nouvelle mandature, en le réservant à des navettes électriques autonomes.

La piétonisation des voies sur berge n’était qu’une étape. La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, envisage de piétonniser le centre historique de la capitale. Ce projet s’inscrit "dans une prochaine mandature" selon l’entourage de Mme Hidalgo, qui précise que la mesure serait adoptée après "études approfondies, en concertation" avec l’ensemble des parties, et qu’elle allait "dans le sens de l’histoire". Pour autant, celle qui a succédé à Bertrand Delanoë à la tête de l’exécutif parisien en 2014 n’a pas encore formellement annoncé si elle était candidate à sa succession en 2020. Son projet concerne les quatre premiers arrondissements de la capitale, situés au cœur de Paris, rive droite, avec "la création d’une zone de circulation extrêmement restreinte, avec des navettes électriques autonomes". Une décision déjà vivement contestée. "Les 4 arrondissements concernés renoncent aussi à toute livraison de marchandises ?", tance déjà sur twitter Florence Berthelot, déléguée générale de la FNTR. Sûrement en triporteur et en navette électrique.

Plus de diesel en 2024 dans le Grand Paris

L’adoption de cette mesure s’effectuerait en relation avec la préfecture et les maires des arrondissements concernés. Mais avant cela, la mairie de Paris souhaite élargir l’opération "Paris respire" – qui prévoit une piétonisation de ces arrondissements tous les premiers dimanches du mois – pour la généraliser à tous les dimanches dès 2019.

L’annonce d’Anne Hidalgo intervient quelques jours après une victoire judiciaire qui a consacré l’opération de piétonisation d’une partie des voies sur berge et préfigure peut-être un futur axe de sa prochaine candidature, basé sur la lutte contre la pollution. La tendance au verdissement des flottes est de plus en plus marquée. Lundi, la métropole du Grand Paris (MGP) a, pour sa part, voté l’interdiction de circulation des véhicules les plus polluants dès juillet 2019, soit les véhicules diesel de plus de 18 ans et essence de plus de 21 ans (Crit’air 5) à l’intérieur du périmètre de l’A86. En 2024, l’interdiction portera sur l’ensemble des véhicules diesel (2030 pour les véhicules essence). "Autant la mesure d’interdiction immédiate des vieux diesels s’entend, autant l’échéance de 2024 pour les professionnels n’est pas tenable", regrette pour sa part Jean-Marc Rivera, secrétaire général de l’OTRE.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format