Menu
S'identifier

Amazon commande 20 000 Sprinters pour ses livreurs indépendants

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 16.10.2018 | Dernière Mise à jour : 16.10.2018

Amazon vient d'annoncer avoir passé commande de 20 000 vans Mercedes-Benz Sprinter pour constituer sa toute première flotte de véhicules légers de livraison aux États-Unis.

Crédit photo Amazon

Amazon commande 20 000 Sprinters Mercedes destinés aux auto-entrepreneurs qui effectueront des livraisons du dernier kilomètre pour son propre compte.

Amazon vient d'annoncer avoir passé commande de 20 000 vans Mercedes-Benz Sprinter pour constituer sa toute première flotte de véhicules légers de livraison aux États-Unis. Le géant du e-commerce devient également le premier client de Sprinter au monde. La commande initiale n’était "que" de 5 000 unités, mais le géant de Seattle a dû revoir ses ambitions à la hausse face à la demande.

Ces véhicules sont en effet destinés à des auto-entrepreneurs qui peuvent effectuer les livraisons des derniers kilomètres pour le compte d’Amazon. "J'ai hâte de les mettre entre les mains de nos partenaires du service de livraison", s’est exprimé Dave Clark, vice-président des opérations mondiales d'Amazon en diffusant des images des milliers de camionnettes aux couleurs d’Amazon Prime, son service de livraison prioritaire.

Un kit complet

Depuis le mois de juillet, aux États-Unis, les américains peuvent postuler pour devenir des livreurs de la firme de Seattle, sur le modèle des cyclistes de Deliveroo. En échange d'un investissement minimum de 10 000 dollars (8 600 €), ils peuvent ouvrir et gérer leur propre service de livraison de colis Amazon et se voient confier des camionnettes, des uniformes.

Ils disposent d’une application qui les aide à organiser leurs journées, en fonction des colis prioritaires et des adresses de livraison, et bénéficient de formations délivrées par l'entreprise. Selon cette dernière, un entrepreneur à la tête d'une petite flotte de 40 camionnettes Amazon (nombre maximal) peut générer un profit de 300 000 dollars (258 500 euros), rapportait le New York Times en juin dernier.

S'affranchir de la tutelle des expressistes

Une opération doublement gagnante pour la firme de Jeff Bezos, qui évite d’augmenter le nombre de ses salariés – puisque les nouveaux livreurs restent indépendants – tout en réduisant sa dépendance vis à vis des services d’UPS, de Fedex et d’US Postal.

Les frais d'expédition de l'entreprise ont presque doublé sur trois ans, passant de 11,5 milliards de dollars en 2015 à 21,7 milliards de dollars en 2017. Depuis le début de l’année, le e-commerçant a aussi lancé son propre service de livraison baptisé "Shipping with Amazon", qui permet de superviser la collecte des colis dans les entrepôts de marchands tiers jusqu’à leur livraison finale.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format