Menu
S'identifier

Altens : "Nous conseillons toujours de tenir compte du TCO avec attention"

Énergie | publié le : 29.09.2021 | Dernière Mise à jour : 27.09.2021

 Étienne Valtel, directeur d’Altens.

Crédit photo Altens

Filiale de la société française Enens, dont l’activité principale est la distribution de carburants et de combustibles, Altens propose une gamme de solutions autour des carburants alternatifs.  Dans un contexte ou de plus en plus de transporteurs se lancent dans cette aventure, Étienne Valtel, directeur d’Altens livre quelques observations.

L’Officiel des transporteurs : vous commercialisez du B100, de l’ED95, du HVO et du bioGNV. D’un point de vue économique, l’un d’entre eux tire-t-il son épingle du jeu ?

Étienne Valtel : Pas de manière systématique car il est difficile d’établir une vérité du terrain valable en permanence. Nous conseillons toujours de tenir compte du TCO [Total Cost of Ownership ou coût total d’acquisition] avec attention. Celui-ci intègre l’ensemble du cycle de vie d’un produit, en associant les coûts directs mais surtout les coûts "cachés" ou indirects. Outre le prix du carburant, il convient de se pencher sur la consommation, l’impact de la maintenance et l’usure du véhicule, ce dernier aspect ayant un impact sur la valeur de revente.

L'OT : comment est reçue votre offre pour vos clients ou vos prospects ?

E.V. : On peut distinguer deux grands types de clients, ceux qui ont mis en place, de leur propre initiative, une démarche de réduction d’émissions de GES et ceux qui, au contraire, se la voient imposer de l’extérieur, par leur propre clientèle. Quoi qu’il en soit, personne n’est prêt à payer un surcoût. Le principal critère demeure le prix, ce qui explique le succès du B100.

Certains transporteurs tiennent toutefois à se démarquer clairement et font le pari d’une stratégie de décarbonation. Les transporteurs restent parfois attachés à un constructeur qui ne dispose pas de moteur compatible avec un biocarburant spécifique. Même s’il permet de bénéficier de la vignette Crit’Air 1, on peut affirmer que la part de l’ED95 est marginale.

 
L'OT : votre offre est entièrement axée sur les biocarburants. Pourquoi une telle stratégie ?

E. V. : De nombreuses optimisations vont encore émerger, et les biocarburants vont participer du mix énergétique qui va se dessiner à l’avenir en fonction des métiers, des usages et des activités. On constate que le marché se développe rapidement.

Entre les transporteurs et la pression exercée par les chargeurs soucieux de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), il existe un véritable mouvement de fond en leur faveur. Les pouvoirs publics doivent avoir une approche pérenne et assurer un principe d’égalité entre les aides apportées aux différentes solutions afin de garantir de la visibilité aux différents acteurs.

Auteur

  • Antoine Dufeu

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format