Menu
S'identifier

ADEME. "Donner une incitativité plus forte"

Grand angle | publié le : 24.11.2020 | Dernière Mise à jour : 24.11.2020

Jérémie Almosni Chef de service transports et mobilités au sein de l’ADEME

Crédit photo DR

Jérémie Almosni, chef de service transports et mobilités au sein de l’Ademe,  revient sur les actions conduites pour l'acquisition de poids lourds alimentés au gaz ou à l'hydrogène et donne son avis sur le dispositif de suramortissement prévu par le plan de relance du gouvernement.

L’Officiel des transporteurs : Quelles sont les actions conduites par l’Ademe pour l’acquisition de poids lourds alimentés au gaz ou à l’hydrogène ?

Jérémie Almosni : Nous ne fonctionnons pas en réponse à la demande mais lançons des appels à projet (AAP). En 2017, un AAP a eu pour principal objectif de développer le réseau de stations GNV le long des grands axes routiers, avec la création de 100 stations et la mise en service de 2 120 véhicules (dont 80 % de poids lourds) d’ici à 2022.

Un second AAP en 2018 a eu pour objet de compléter le maillage sur des zones blanches en périphérie des grandes villes avec 19 stations et l’acquisition de 471 camions.

L'O.T.: Et concernant l’hydrogène ?

J. A. : Dans le cadre du plan de déploiement de l’hydrogène annoncé en 2018 [200 véhicules lourds et 100 stations alimentées en hydrogène local à l’horizon 2023], l’Ademe a lancé l’appel à projet Ecosystème mobilité H2 visant à déployer des écosystèmes territoriaux de mobilité hydrogène (production, distribution, utilisation).

Au total, 21 lauréats ont été sélectionnés [parmi lesquels le projet HYAMMED dans le sud-est de la France et le projet H2OUEST en Vendée, Ndlr] pour un financement de 100 millions d’euros en 2019 et 2020. L’ensemble de ces projets permet de déployer 58 stations-service (objectif de 100 en 2023) et 158 poids lourds (objectif de 200 en 2023).

L'O.T.: Dans le contexte actuel, où certaines entreprises sont en situation de déficit, le dispositif de suramortissement, qui est la seule aide étatique en place, est-il suffisant ?

J. A. : Non. C’est pourquoi, dans le cadre du plan de relance économique, l’Ademe avait appelé à remplacer le dispositif de suramortissement existant par un crédit d’impôt. De quoi générer une incitativité plus forte.

 
Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3041 du 30 octobre 2020;

Auteur

  • Florence Falvy

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format