Menu
S'identifier

A Berlin, les transporteurs manifestent contre la concurrence déloyale

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 03.07.2020 | Dernière Mise à jour : 03.07.2020

Les manifestants réclament davantage de contrôles contre le cabotage, notamment à la sortie des usines automobiles, des sites de production de l’agroalimentaire, et devant les entrepôts des sites de vente par correspondance, qualifiés de "hot spots".

Crédit photo DR

200 camions ont participé ces derniers jours à une vaste manifestation de transporteurs à Berlin, pour réclamer une concurrence juste. Parmi les revendications : prix minimum du kilomètre, augmentation des amendes en cas de non-respect du droit européen, respect de l'interdiction de cabotage, etc. Les fédérations de transporteurs sont plus réservées. 

Quelque 200 camions ont bloqué le centre-ville à Berlin fin juin. Klaxonnant dans les rues de la capitale allemande, ils réclament davantage de soutien de l’Etat face à la pandémie, et le respect des règles de la concurrence. La manifestation, organisée par l’association BVL pro Intitiative, a réuni pour l’essentiel des transporteurs de petite taille, plus durement frappés par la crise. 

Les revendications portent aussi sur l’instauration d’un prix minimum du kilomètre transporté, pour une cargaison pleine, l’augmentation des pénalités en cas de non-respect des réglementations européennes, l’interdiction totale du cabotage pour une période de six mois. Les manifestants réclament davantage de contrôles contre le cabotage, notamment à la sortie des usines automobiles, des sites de production de l’agroalimentaire, et devant les entrepôts des sites de vente par correspondance, qualifiés de "hot spots" par l’organisation. BVL pro Initiative demande également l’interdiction de la location de camions par des sociétés allemandes à des transporteurs étrangers. 

Le cabotage au centre de la colère des PME

La fédération de la branche, BGL, dit comprendre les revendications des PME du secteur, mais n’a pas appelé à manifester, de peur de compromettre les négociations en cours avec le gouvernement. "Ce n’est, de notre point de vue, pas le bon moment pour manifester dans la rue", estime le président du BGL, Dirk Engelhardt. Reste que la fédération a désormais du mal à se faire entendre de petits transporteurs excédés et au bord de la faillite. "Ce n’est pas la dernière fois que nous venons à Berlin pour nous faire entendre, explique ainsi Hermann Goudschaal, le patron de Goudschaal Transporte. Aujourd’hui on est 200. La prochaine fois, on sera deux ou trois fois plus nombreux."

La question du cabotage et des contrôles contre le cabotage, est au centre de la colère des PME du secteur. Le ministère des Transports tente l’apaisement, et rappelle que des contrôles accrus sont prévus dans les prochains mois. 

Auteur

  • Nathalie Versieux, correspondante à Berlin

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format