Menu
S'identifier

Emmanuel Rion, Thanks Conteneur : "Le problème n’est pas la capacité, mais le temps passé à quai"

Grand angle | publié le : 26.10.2021 | Dernière Mise à jour : 28.10.2021

Emmanuel Rion, directeur général de Thanks Conteneur.

Crédit photo DR

Entreprise de transport routier de conteneur maritime, Thanks Conteneur est situé au Havre. Emmanuel Rion, son directeur général, revient sur l'impact de la désorganisation de la chaîne d'approvisionnement mondiale sur son activité, sur les difficultés d'accès rencontrées au port du Havre et l'évolution des prix de transport.

L’Officiel des transporteurs : Dans quelle mesure êtes-vous impactés par la désorganisation de la chaîne d’approvisionnement mondiale ?

Emmanuel Rion : Après une baisse d’activité en octobre 2020, une reprise s’est fait sentir à partir d’avril. C’est en juillet-août que nous avons retrouvé des rythmes normaux. Les conséquences du Covid et la paralysie du canal de Suez ont provoqué un ralentissement des cadences et un décalage des escales avec pour conséquence l’arrivée simultanée de plusieurs navires au Havre.

Le free time sur les terminaux étant de trois ou quatre jours, nous devons rapidement évacuer ce flux de boîtes avant la prochaine vague. Certaines semaines, nos plannings sont extrêmement chargés alors que d’autres semaines, ils sont quasiment vides.


L'O.T. : Rencontrez-vous des difficultés d’accès aux terminaux à conteneurs du Havre ?

E.R.: Le système des rendez-vous sur les terminaux n’arrange rien puisque les créneaux n’augmentent pas avec le nombre de conteneurs présents. Parfois, nous sommes donc contraints de travailler à J+5. Il peut arriver que pour un lot export nous manquions d’un rendez-vous, que le terminal refuse de nous donner, ainsi l’intégralité du lot n’embarque pas.

Cette organisation manque de souplesse et bride les petits transporteurs qui n’ont pas forcément de PPM pour libérer les châssis. J’ai souvent posé cette question au terminal : "Si mon chauffeur doit sortir deux conteneurs et que le premier rendez-vous est à 8 heures, à quelle heure dois-je fixer le second pour être certain de l’honorer dans les temps ?". Systématiquement le manutentionnaire élude sans apporter de réponse claire. Le problème des rendez-vous n’est pas seulement une histoire de capacité, mais un problème de temps passé à quai.


L'O.T. : Comment évoluent les prix du transport ?

E.R. : Les prix sont bien trop bas sur le marché des conteneurs mais les transporteurs sont en partie responsables de cette situation. Faute de pouvoir réaliser l’opération de couplage, le transporteur perd de l’argent, et beaucoup de nos confrères préfèrent "faire rentrer un peu de chiffre" au détriment de la rentabilité. Aujourd’hui, un 40 pieds Paris Nord se vend entre 530 et 580 euros. Vider un conteneur nécessite une journée entière pour moins de 600 euros de chiffre d’affaires, ce n’est pas suffisant, même si votre matériel est payé.

Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3086 du 22 octobre 2021.

Auteur

  • Nathalie Bureau du Colombier

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format