Menu
S'identifier

Volkswagen teste le GNL pour ses transports maritimes

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 04.12.2019 | Dernière Mise à jour : 04.12.2019

Les deux navires affrétés par le Norvégien Siem Car Carriers, ont été baptisés à Xiamen, en Chine sous les noms de Siem Confucius et Siem Aristotle.

Crédit photo DR

Le département logistique du constructeur allemand Volkswagen va tester à compter de janvier deux navires fonctionnant au gaz naturel liquéfié (GNL) pour les transports maritimes du groupe.

Le département logistique du constructeur allemand Volkswagen va tester à compter de janvier deux navires fonctionnant au gaz naturel liquéfié (GNL) pour les transports maritimes du groupe.

Les deux navires, longs de 200 mètres et larges de 38 mètres comptent 13 ponts pour transporter des voitures. Ils ont une capacité de 4 700 véhicules chacun. Le moteurs, de 12 600 chevaux, fonctionnent au GNL ou au bio-gaz, entreposés dans des réservoirs de 1 800 m3. Enfin, ils peuvent atteindre la vitesse de 16,5 nœuds.

Une stratégique de logistique neutre

Les deux bateaux-charter, affrétés par le Norvégien Siem Car Carriers, ont été baptisés à Xiamen, en Chine sous les noms de Siem Confucius et Siem Aristotle. Ils remplaceront 2 des 9 navires au fuel qui circulent à l’heure actuelle entre l’Europe et l’Amérique du nord pour le compte de Volkswagen.

En coulisses, cette initiative s'intègre dans une stratégie plus globale. "Nous nous lançons sur un terrain inconnu, afin de réduire les émissions de CO2, explique le directeur logistique de Volkswagen, Thomas Zernechel. Les deux navires sont les deux premiers au monde à transporter des voitures en haute mer grâce à des moteurs au GNL. Ils sont une étape importante afin d’atteindre notre objectif stratégique d’une logistique neutre, tout comme le recours aux camions au GNL, le passage de nos transports ferroviaires au courant propre et le recours au bio-fuel pour nos transports maritime à courte distance."

Volkswagen estime que les moteurs au GNL permettent de réduire les émissions de CO2 de 25 %, les émissions de dioxyde d’azote de 30 %, les particules fines de 60 % et 100 % des oxydes de souffre.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format