Menu
S'identifier

CMA CGM gèle l’augmentation des taux de fret spot

Supply Chain Magazine | Maritime | publié le : 14.09.2021 | Dernière Mise à jour : 13.09.2021

Stock exchange concept,container ship in import export and business logistic

L’armateur français a décidé de stopper jusqu’au 1er février 2022 toute nouvelle augmentation des tarifs pratiqués pour l’ensemble des services opérés par ses différentes marques à l’échelle mondiale (CMA CGM, CNC, Containerships, Mercosul, ANL, APL).

Crédit photo namning - stock.adobe.com

L'armateur CMA CGM a décidé de geler les taux de fret spot jusqu'en février 2022 pour l'ensemble de ses services. Ceux-ci ont en effet augmenté considérablement en raison de la congestion portuaire et du déséquilibre entre la demande et la capacité effective.

Jeudi dernier, la CMA CGM a annoncé l’application immédiate d’une mesure plafonnant l’envolée de ses taux de fret sur le marché spot du maritime, soit ceux pratiqués au jour le jour selon l’offre et de la demande pour des emports non programmés, hors contrats ou volumes préalablement négociés. Souhaitant "privilégier une relation de long terme avec ses clients face à une situation inédite pour le transport maritime", l’armateur français a décidé de stopper jusqu’au 1er février 2022 toute nouvelle augmentation des tarifs pratiqués pour l’ensemble des services opérés par ses différentes marques à l’échelle mondiale (CMA CGM, CNC, Containerships, Mercosul, ANL, APL).

Investissements massifs

Le groupe rappelle aussi ses investissements massifs pour renforcer son offre de services : l’entrée en flotte de navires neufs et l’achat de navires d’occasion lui ont permis d’augmenter de 11 % ses capacités depuis fin 2019. Au cours des 15 derniers mois, son parc de conteneurs a également été étoffé de quelque 780 000 EVP. La pénurie de conteneurs et de places sur les navires est en effet devenue plus qu’handicapante pour de nombreux chargeurs avec la reprise du trafic mondial au second semestre 2020, marqué par la congestion de ports chinois ou américains et par un déséquilibre des échanges au niveau mondial, qui a fait s’envoler les taux de fret depuis la fin de l’année dernière. Sur l’axe Chine-Asie, ils ont pu tripler, quadrupler ou plus. Sans compter les cas où il n’y a pas d’embarquement proposé.

Répercussions à l'échelon mondial

Et les tensions se répercutent sur bien d’autres liaisons à l’échelon mondial. On notera que cet emballement des prix étaye la prise de parts de marché du ferroviaire au départ de la Chine vers l’Europe. Et certains directeurs Supply Chain évoquent à demi-mot les solutions routières proposées pour rallier la France en moins de 20 jours. Le surcoût reste significatif mais désormais bien en deçà du double du prix spot maritime, et le bilan carbone à l’heure du verdissement des opérations transport réserve la solution aux cas d’urgence). 

Auteur

  • Maxime Rabiller

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format