Menu
S'identifier

Trafic maritime : méga-bouchon dans le Canal de Suez

Supply Chain Magazine | Maritime | publié le : 29.03.2021 | Dernière Mise à jour : 29.03.2021

La situation s'est en partie débloquée avec les grandes marées d’équinoxe, qui ont fait monter le niveau de l’eau dans le canal.

Crédit photo Suez Canal Authority 

L’Autorité du Canal de Suez (SCA) a fait savoir qu’elle acceptait l'aide des Etats-Unis pour les opérations de dégagement du navire MS Ever Given, échoué depuis mardi dernier dans la partie sud du canal de Suez. Etant donné que cette route draine 10 à 12 % du commerce mondial, si le blocage devait durer les supply chains mondiales seraient durement impactées. Explications.

Le désensablage de la proue du méga porte-conteneurs MS Ever Given, échoué depuis mardi dans la partie sud du canal de Suez, est toujours en cours : un total de près de 150 navires de navires sont en attente sur les deux extrémités du canal. Certains bâtiments en approche ont déjà opté pour l’alternative du cap de Bonne-Espérance, qui rajoute entre une semaine et douze jours au trajet maritime entre l’Asie et l’Europe.

Par ailleurs, l’Autorité du Canal de Suez (SCA) a annoncé vendredi qu’elle acceptait la proposition faite par les Etats-Unis de l’aider dans les opérations de dégagement du navire. Cela pourrait durer encore plusieurs jours, voire semaines, même si la situation s'est en partie débloquée avec les grandes marées d’équinoxe, qui ont fait monter le niveau de l’eau dans le canal.

De graves conséquences 

Opéré par le Taïwanais Evergreen, le MS Ever Given était en route pour Rotterdam quand il s’est échoué, officiellement en raison de vents violents. C’est un géant des mers de 200 000 tonnes, de 400 m de long et d’une capacité de plus de 20 000 EVP.

Sachant que cette route draine 10 à 12 % du commerce mondial, ce blocage, s’il devait durer, aura évidemment de graves conséquences sur de nombreuses supply chains, non seulement dans la distribution (sans doute y compris celle des masques), mais aussi dans l’industrie. En particulier pour les équipementiers automobiles, dont l’approvisionnement s’avérait déjà compliqué par l’incendie, dimanche dernier, de l’usine japonaise Renesas Electronics. Sans oublier le risque de renchérissement des taux de fret maritime (déjà en forte augmentation de la fin 2020) et de congestion des ports européens une fois la situation débloquée… 

Auteur

  • Jean-Luc Rognon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format