Menu
S'identifier

Stratégie nationale portuaire, une première réunion à l’ordre du jour

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 28.10.2022 | Dernière Mise à jour : 02.11.2022

Le gouvernement a rassemblé les gestionnaires des principaux ports de commerce français et les élus concernés. Objectif : discuter de la déclinaison territoriale de la Stratégie nationale portuaire.

Crédit photo Grand Port Maritime de Marseille

Dans le cadre de l’élaboration de la Stratégie nationale portuaire, le gouvernement a rassemblé les gestionnaires des principaux ports de commerce hexagonaux et les collectivités locales concernées par leurs développements le 27 octobre pour une première réunion. Trois enjeux prioritaires ont émergé.

Le 27 octobre, le ministre chargé des Transports, Clément Beaune, et le secrétaire d’Etat chargé de la Mer, Hervé Berville, ont rassemblé les gestionnaires des principaux ports de commerce français et les élus concernés. Objectif : discuter de la déclinaison territoriale de la Stratégie nationale portuaire en cours d’élaboration. "Je souhaite que la planification maritime soit une véritable politique nationale concertée avec les collectivités et les acteurs du maritime. Cette planification écologique en mer sera au service du renforcement de notre stratégie portuaire française : la première réunion que nous avons tenue aujourd’hui avec les gestionnaires des ports de commerce et les élus constitue une étape significative vers la mise en place d’une coalition portuaire Etat-collectivités, pour accélérer leur transition écologique et énergétique", a déclaré Hervé Berville à cette occasion.

Trois enjeux

A l’issue de cette réunion, trois enjeux prioritaires ont émergé. Le premier concerne la décarbonation de l’industrie dans les zones portuaires. "Les ports de commerce ont été les principaux lieux d’implantation des industries lourdes d’après-guerre, il faut qu’ils soient demain le lieu de développement des projets concourant à la décarbonation des activités", assure le gouvernement dans un communiqué de presse.

Deuxième enjeu : l’électrification et le verdissement des ports, notamment par le biais du développement de branchements électriques à quai "auquel l’Etat contribue d’ores et déjà à hauteur de 40 millions d’euros dans les grands ports maritimes", assure le gouvernement. Enfin, dernier levier : une meilleure connexion des ports avec les modes de transports ferroviaires et fluviaux afin de favoriser la massification des flux et donc de réduire l’empreinte carbone. Prochaine réunion début 2023.

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format