Menu
S'identifier

Rolls-Royce et Intel s’allient pour le transport autonome des navires

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 24.10.2018 | Dernière Mise à jour : 24.10.2018

Crédit photo

Avant de lancer des navires autonomes en 2025, Rolls-Royce et le fabricant de microprocesseurs Intel ont commencé par développer un système d’assistance au pilotage recourant à l’intelligence artificielle.

Rolls-Royce annonce avoir conclu un partenariat avec Intel pour construire le premier navire complètement autonome, qui devrait prendre la mer en 2025. Le motoriste britannique, n° 2 mondial des moteurs d’avion, s’est engagé dans la construction de navires autonomes, un moyen de développer sa branche maritime, jugée bien trop faible (1,5 % du CA). Mais avant de favoriser l’essor de cargos sans équipage, Rolls-Royce et le fabricant de microprocesseurs Intel ont commencé par tester depuis quelques mois un système d’assistance au pilotage intelligent, destiné à faciliter la navigation humaine avec recours à l’intelligence artificielle. Grâce à l’accumulation de mesures, le système de détection peut identifier quels types de navires sont à proximité et permettre une navigation fluide même par mauvais temps, en se substituant à la vision. Cette solution va désormais pourvoir être commercialisée auprès de compagnies maritimes et d’opérateurs portuaires. Elle préfigure la première étape vers l’automatisation des navires.

Des données complexes

Pour fonctionner, le système fait interagir des données en provenance de lidars, radars, caméras thermiques et HD, ainsi que des données satellitaires et des prévisions météorologiques. "Les données récupérées par les capteurs sont bien plus importantes que celles en provenance de n’importe quel autre type de véhicule autonome", indique Kevin Daffey, directeur de l'ingénierie et de la technologie des navires intelligents de Rolls-Royce.

Les capteurs doivent détecter les obstacles bien plus tôt qu’une voiture par exemple, du fait de l’inertie du bateau et de la lenteur de réaction. De même, les caméras doivent pouvoir voir au-dessus et au-dessous du niveau de la mer, ce qui oblige à utiliser des définitions et des technologies complexes. Le tout dans un univers où les conditions météo sont souvent difficiles.

Réduire les erreurs humaines

De fait, une journée de navigation génère jusqu’à 1 TB de données par jour et le rapprochement avec Intel permet de stocker toutes les data sur des disques SSD 3D NAND du partenaire informatique. Ces différentes informations seront traitées à bord grâce aux processeurs Intel Xeon Scalable et permettront de nourrir un algorithme qui permet de détecter les obstacles et d’avertir automatiquement l’équipage en cas d’alerte. "Cette collaboration va permettre aux opérateurs maritimes de développer l'automatisation de la navigation et des opérations, ce qui réduit les possibilités d'erreur humaine et permet aux équipages de se concentrer sur des tâches plus précieuses", déclare Kevin Daffey. 

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format