Menu
S'identifier

OFW Ships affronte la vague épidémique en fabricant du gel hydro-alcoolique sur un navire 

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 07.04.2020 | Dernière Mise à jour : 07.04.2020

L’Odeep One, actuellement contraint de rester à quai dans le port de Sète, a été converti en usine de fabrication de gel hydro-alcoolique.

Crédit photo DR

Ingénieux et habitués à trouver des solutions avec les moyens du bord, les marins du navire Odeep One, ancré dans le port de Sète, s’affairent depuis l’annonce de l’arrivée de la vague épidémique de coronavirus en France. En 15 jours, ils ont adapté le navire usine qui jusque-là transformait de l’eau de mer en eau propre à la consommation, pour fabriquer du gel hydro-alcoolique. 

Régis Revilliod, Pdg d’Ocean Fresh Water Ships a remué ciel et terre pour relever son défi… Transformer un des navires de sa flotte, l’Odeep One, actuellement contraint de rester à quai dans le port de Sète, en usine de fabrication de gel hydro-alcoolique. Après s’être fait livrer la veille en éthanol, la production a débuté le 1er avril.

Point fort ce navire, qui mesure 200 m de long pour 30 m de large acheté en 2019 par OFW Ships et qui sert actellement à fabriquer de l’eau embouteillée à partir de l’eau des profondeurs pompée à 300 m de fond, son usine d'embouteillage d’une capacité de 24 000 bouteilles (de 600 mL).

A la fin de cette première journée, Régis Révilliod raconte : "Nous avons débuté à 6 heures du matin et nous n’allons plus nous arrêter. Nous montons en cadence avec une production de 300 000 bouteilles dans la semaine. Si nous montons à un million de litres, nous doublons la production française", assure l’armateur. 

"Je fais ça pour mon pays"

Interrogé sur ses motivations, il répond : "Je fais ça pour mon pays pour que mes compatriotes aient du gel. Je ne connais pas la rentabilité du système."Modifiée et désormais en route, la chaîne de production de ce gel désinfectant fonctionne H24 et 7/7.

A l’approche du week-end, Régis Revilliod s’inquiète pour les livraisons d’éthanol par la route, non autorisées et espère une réquisition des conducteurs pour acheminer la matière première à bon port.

Des commandes qui affluent

Acheteurs et producteurs étant référencés sur le site Covid19 du gouvernement, OWS a vu affluer les commandes en particulier de la grande distribution. Habituées à payer avec un délai de 45 jours, les grandes surfaces ont été contraintes de payer comptant au "cul du camion".

En revanche, les personnels soignants, les fonctionnaires de police, les pompiers, les forces de polices sont privées de masques, en raison de l’incapacité de l’administration à payer rapidement "l’État est incapable d’acheter des masques pour l’AP-HP sans signer 10 bordereaux, les fonctionnaires sont en télétravail." 

La flotte stratégique, une nécessité pour OFW Ships

Résolu à livrer la bataille contre le coronavirus, Régis Revilliod lance un appel aux bonnes volontés notamment auprès des "gros donateurs" pour acheter son gel hydro alcoolique afin d’approvisionner les fonctionnaires, les personnels de santé les plus exposés au Covid-19.  

L’équipage composé de 46 officiers et marins, ingénieurs et chimistes, bénéficie des conseils de Jean-Michel Ferrando, vice-président du Syndicat des Pharmaciens de l’Hérault pour cette opération.

La transformation de ce navire couteau suisse en quelques jours, conforte Régis Révilliod de la nécessité pour la France de mener à bien le projet de flotte stratégique porté par le député Arnaud Leroy.  "Si demain, il y a un tsunami qui ravage nos îles, le navire peut porter secours en délivrant de l’eau en bouteille", défend l’armateur, ancien commandant à l’off-shore.

Un million de bouteilles perdues sur le port de Shanghai

L’initiative de cet armateur a été accueillie positivement par l’ensemble des responsables politiques et encouragée par le monde maritime. Cependant, au-delà de cette initiative louable, le président d’ OFW Ships a vu stopper net son nouveau projet commercial à 35 M€ à cause de la crise du Covid-19.

Basée à Hyères, où se trouve une usine terrestre d’embouteillage, la société avait démarré la commercialisation de sa première production de boisson des profondeurs auprès de la grande distribution et des plates-formes en lignes. "Sur les 2 millions de bouteilles, un million se trouve en Chine dans le port de Shanghai mais personne ne sait où se trouvent les conteneurs. Cette production est perdue", déplore le chef d’entreprise.  
 

 


 

Auteur

  • Nathalie Bureau du Colombier

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format