Menu
S'identifier

Nouvelle opération "ports morts" : Marseille-Fos accuse déjà 100 M€ de pertes

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 22.01.2020 | Dernière Mise à jour : 23.01.2020

Scène de désolation à la porte 2C : caméras de surveillance détruites, véhicules incendiés et dégradés.

Crédit photo N.B.C.

Alors qu’une nouvelle opération "ports morts" se déroule depuis mercredi matin pour 72 heures dans les ports français à l’appel de la FNPD, l’Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF) a chiffré les pertes essuyées depuis le début du conflit. Celles-ci dépassent 100 M€, avec du chômage technique. Conteneurs, croisière, réparation navale et services aux navires sont affectés. Une cellule de crise a été instaurée et le préfet tiendra vendredi une réunion avec les professionnels lourdement touchés par ce conflit.

Depuis mercredi matin se déroule à Marseille-Fos une nouvelle opération "ports morts". Le port est encore une fois l’otage de la Fédération nationale des ports et docks, qui entend maintenir la pression sur le gouvernement jusqu’à l’examen du projet de réforme des retraites, ce vendredi, par le Conseil des ministres. La FNPD annonce également des actions coup de poing demain sur les terminaux pétroliers. 

Dockers et agents du port CGT font la sourde oreille à l’appel à la raison, lancé la veille par Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, de faire grève durant un shift au lieu de trois afin de ne pas totalement pénaliser l’activité.

41 M€ de surcoût pour les chargeurs

Lors des vœux à la presse, le président de l’institution consulaire – ancien président de l’UPE, qui s’était illustré en 2011 en lançant la campagne "The best job in the world" à l’encontre de la CGT dockers en révélant leurs salaires – est monté au créneau en présentant le 21 janvier le bilan des pertes essuyées par les professionnels depuis bientôt deux mois. L’Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF) avait chiffré ces pertes depuis le début du conflit. 

Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence.
© N.B.C.

"En décembre, l’activité conteneurs a chuté de 21,5 % à l’import et de 25 ​​​​​​​% à l’export. Et janvier est un très mauvais mois. Sans l’impact des gilets jaunes de 2019, la perte serait de 33 ​​​​​​​% en janvier. L’impact économique s’élève à 100 ​​​​​​​M€, dont 33 M€ de pertes de chiffre d’affaires pour les entreprises dans l’incapacité d’importer ou exporter leurs marchandises et 41 M€ de surcoût pour les chargeurs, se désole Jean-Luc Chauvin. Les entreprises possèdent des stocks de marchandises, de matières premières. 12 ​​​​​​​escales de paquebots ont été annulées, entraînant la perte de 8 800 ​​​​​​​croisiéristes en tête de ligne et 39 ​​​​​​​900 en transit. Dans le secteur de la réparation navale, deux arrêts techniques ont été fortement perturbés"

Réunion et cellule de crise vendredi chez le préfet

Au même moment, hier, se tenait une réunion ministérielle à Paris avec les acteurs de la filière transport et logistique. Au terme d’une heure d’exposé par les professionnels français des dégâts sur l’ensemble de la filière, des pertes de trafics, le directeur de la DGITM, Marc Papinutti, aurait répondu que "le transport maritime saura rebondir", n’apportant ainsi aucune aide spécifique, au grand dam des participants.  

Localement, pour aider les entreprises dont certaines ont vu leur chiffre d’affaires fondre de 67 ​​​​​​​% et qui sont contraintes de mettre du personnel au chômage technique, une cellule de crise a été instaurée le 17 ​​​​​​​janvier par la Préfecture avec le soutien de la Dirrecte et de l’Urssaf. C’est le cas notamment du service de pilotage des navires, qui enregistre 10 ​​​​​​​% d’heures chômées en raison de la chute du nombre d’escales.

Le préfet des Bouches-du-Rhône tiendra une réunion de crise ce vendredi 24 ​​​​​​​​​​​​​​janvier, à 17 ​​​​​​​h ​​​​​​​30, avec l’ensemble des filières de transport et de logistique. "Le blocage actuel du port, de ses entreprises et donc de ses employés, est aussi incompréhensible que l’inaction de l’État à rétablir son bon fonctionnement. On ne peut pas continuer à jouer comme cela avec l’outil de travail de centaines d’entreprises et donc de fait avec l’emploi de milliers de personnes", a regretté ce matin Philippe Korcia, président de l’Union pour les Entreprises des Bouches-du-Rhône, qui compte l’UMF parmi ses adhérents.

Auteur

  • Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format