Menu
S'identifier

Les portuaires et les dockers refusent de payer au prix fort la transition écologique

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 13.05.2019 | Dernière Mise à jour : 16.05.2019

Arrêt de travail de quatre heures et fermeture de plusieurs point d’accès au port de Marseille-Fos, le 10 mai dernier. 

Crédit photo NBC

Les mouvements sociaux agitent les ports français. Après les débrayages menés jeudi 9 mai, à l’appel de la Fédération nationale des ports et docks (FNPD) CGT, les dockers et agents des ports français ont débrayé une nouvelle fois vendredi 10 mai, observant un arrêt de travail de quatre heures. Les ouvriers portuaires demandent au gouvernement de repousser la fermeture des centrales à charbon de 2022 à 2025.

Les ports de Marseille-Fos, Nantes/Saint-Nazaire, Rouen, Le Havre ont observé quatre heures de grève, de 11 h à 15 h, le 10 mai pour protester contre les conséquences de la décision du gouvernement de fermer les centrales à charbon.

Une colère attisée par la fin de non-recevoir de la Fédération nationale des ports et docks (FNPD) qui avait demandé à être reçue le 6 mai dernier par les conseillers du premier ministre Edouard Philippe pour évoquer les sujets de la transition écologique. "La Fédération nationale des ports et docks ne peut pas accepter malgré la nécessité de répondre efficacement à l’enjeu sociétal de la transition énergétique et/ou écologique, que le gouvernement se précipite et entraîne la destruction de nos activités, des emplois directs et indirects", indique le syndicat CGT.

Un problème national

A Marseille-Fos, le mouvement a été particulièrement suivi. Certains accès au port ont été fermé durant quatre heures pour dénoncer l’impact de la fermeture de la centrale Uniper de Meyreuil sur le terminal minéralier où la société Carfos importe chaque année 600 000 tonnes par an de charbon. La filiale du groupe belge Sea-Invest fait également les frais du mouvement de grève des ouvriers de la centrale provençale.  "Depuis un an, nous n’avons pas reçu de navire pour Uniper.  Nous n’avons pas de visibilité et aucune mesure d’accompagnement, de reconversion du site. Le véritable risque c’est que cet outil disparaisse. Carfos a investi massivement dans le cadre de la réforme des ports. Nous avons racheté les grues du port. Avec l’arrêt des importations de charbon et de biomasse, 20 ha vont se libérer", explique Mathieu Corriez, gérant de Carfos qui recherche de nouvelles voies de diversification. "Nous exportons des broyats de pneus et du laitier d’Arcelor-Mittal", ajoute le responsable qui emploie 94 salariés.

Vendredi 10 mai, le président du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, tenait une conférence sur la transition énergétique en misant sur le potentiel de la filière hydrogène. Interrogé sur le mouvement de grève qui se tenait au même moment, il a indiqué qu’il s’agissait d’un "problème national".

Auteur

  • Nathalie Bureau-du-Colombier

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format