Menu
S'identifier

Les ports du Havre, Rouen et Paris tirent leur épingle du jeu en 2021

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 31.01.2022 | Dernière Mise à jour : 31.01.2022

Si pour Haropa Port, 2021 a été l’année de la fusion officielle des ports du Havre, Rouen et Paris, elle a aussi été marquée par des trafics particulièrement dynamiques.

Crédit photo Haropa

Le 28 janvier, Haropa Port a dévoilé ses résultats annuels montrant une forte reprise de l’activité, notamment marquée par une croissance de 12 % du trafic maritime.

Si pour Haropa Port, 2021 a été l’année de la fusion officielle des ports du Havre, Rouen et Paris, elle a aussi été marquée par des trafics particulièrement dynamiques. "Les annonces récentes des différents partenaires et le niveau de leurs investissements confirment que l’ensemble portuaire dispose désormais de la bonne taille critique et des méthodes de travail adéquates pour améliorer durablement la compétitivité du port et ses résultats. Haropa Port confirme ainsi sa position de premier port de France et consolide sa place parmi les ports nord-européens", a souligné Daniel Havis, président du conseil de surveillance de Haropa Port, le 31 janvier lors de la présentation des résultats annuels.

Porté par la hausse du flux de marchandises conteneurisées et des vracs liquides, le trafic maritime a progressé de 12 % en 2021, avec 84 millions de tonnes (Mt). Ainsi, "pour la première fois de leur histoire, les ports de l’axe Seine dépassent le cap symbolique des 3 MEVP (3,07 MEVP), avec une croissance de 28 %". Suivant cette tendance, le trafic inland a pris 15 % par rapport à 2020. Côté transbordement, un nouveau record a été franchi, avec 843 000 EVP (+ 79 %)

Un fléchissement des vracs solides

Plus modestement, les vracs liquides ont atteint 39 Mt (+ 6 %) du fait notamment de la progression de 16 % du trafic de pétrole (15,4 Mt). A l’inverse, les vracs solides fléchissent de 4 % (14 Mt). Une baisse qui s’explique par une campagne céréalière exceptionnelle en 2020. Comparativement, les céréales affichent donc une chute de 13 % (7,6 Mt) "mais enregistrent une hausse de 5 % par rapport à la moyenne quinquennale 2015-2019 (7,3 Mt)", précise Haropa Port. Soutenues par les nombreux chantiers de l’axe Seine, les importations d’agrégats ont bondi 25,5 %.

De son côté, le roulier a terminé l’année avec 294 000 véhicules (+ 14 %), retrouvant un niveau proche de l’avant-crise. Enfin, le trafic fluvial a augmenté de 4 % en Île-de-France, soutenu par l’activité BTP.

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format