Menu
S'identifier

Les banques à l’abordage de la compagnie marseillaise Bourbon

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 06.06.2019 | Dernière Mise à jour : 06.06.2019

Si Jacques de Chateauvieux, qui détient 50 % de Bourbon via sa holding Jaccar, accepte un tel plan, les banques s’empareront alors de 93 % du capital de la compagnie.

Crédit photo Bourbon

Banques et établissements créanciers ont déposé une offre de restructuration de la compagnie marseillaise de services à l’offshore pétrolier Bourbon. Celle-ci est valable jusqu’au 27 juin et prévoit l’apport de 120 M€ de liquidités et la conversion de plus de 1,4 milliard d’euros de dette en capital. 

Jacques de Chateauvieux, fondateur de l’entreprise marseillaise de services à l’offshore pétrolier Bourbon, serait-il au pied du mur ? Après quatre ans de tempête et une dette qui s’est creusée à 2,7 milliards d’euros, les banques et établissements créanciers (une soixantaine au total) qui avaient fait le dos rond en acceptant de geler cette dette ont déposé, le 5 juin, une offre (hostile ?) de restructuration de la compagnie marseillaise. Valable jusqu’au 27 juin prochain, l’offre des créanciers (Natixis, Société Générale, Crédit Mutuel Alliance Fédérale et ICBC) prévoit l’apport de 120 M€ de liquidités et la conversion de plus de 1,4 milliard d’euros de dette en capital. 

Restructuration, procédure ou acceptation de l'offre

Si Jacques de Chateauvieux, qui détient 50 % de Bourbon via sa holding Jaccar, accepte un tel plan, les banques s’empareront alors de 93 % du capital de la compagnie. Cette offre intervient quelques jours avant la présentation du propre plan de restructuration de Jacques de Chateauvieux auprès des banques. Reste à savoir quelles sont les alternatives possibles. En effet, les créanciers sont désormais en capacité de déclencher à tout moment une procédure collective.

"Cette réduction de plus de la moitié de l'endettement du groupe (...) et l'apport de nouvelles liquidités par les principaux créanciers permettraient de préserver l'emploi et l'outil industriel ainsi que la mise en œuvre par le groupe Bourbon de son plan d'actions", déclarent les créanciers, resserrant un peu plus l’étau. Le sort de Bourbon pourrait donc être fixé fin juin. 

Auteur

  • Nathalie Bureau du Colombier

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format