Menu
S'identifier

Les armateurs italiens accusent la commission européenne sortante de négligence

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 16.07.2019 | Dernière Mise à jour : 16.07.2019

L’assemblée annuelle d’Assarmatori, la confédération qui regroupe les principaux armateurs italiens et internationaux qui représentent au total une flotte de 450 navires, s’est tenue ce 16 juillet à Rome.

Crédit photo Messina

Le 16 juillet, les principaux armateurs italiens se sont réunis à Rome dans le cadre de l’assemblée annuelle de la confédération Assarmatori. La politique de la Commission européenne sortante en a pris pour son grade.

L’assemblée annuelle d’Assarmatori, la confédération qui regroupe les principaux armateurs italiens et internationaux qui représentent au total une flotte de 450 navires, s’est tenue ce 16 juillet à Rome.

Durant cette rencontre, Stefano Messina, président de la confédération et grand patron du groupe Messina spécialisé dans le transport conteneurisé, a accusé la commission européenne sortante de laxisme. "Sa plus grande faillite est de ne pas avoir été capable de relancer les politiques maritimes et d’avoir failli dans la gestion de la Méditerranée".

Il  a demandé à la prochaine commission européenne de tout remettre à plat. Selon Stefano Messina, la commission sortante "n’a pas su gérer rationnellement le secteur maritime malgré le fait que 80 % des échanges commerciaux transitent à travers les ports et sur les navires de pays membres très actifs au niveau maritime, à commencer par l’Italie".

Les pays du nord favorisés

Dans son discours, Stefano Messina a également accusé la Commission européenne sortante d’avoir favorisé les intérêts des pays de l’Europe du nord.

A titre d’exemple, il a cité les financements débloqués en faveur des compagnies qui relient les ports de la mer du Nord et de la Baltique au détriment de l’Italie commercialement bien plus stratégique en raison de ses liaisons avec les pays méditerranéens situés en dehors de la zone européenne.

Durant cette assemblée, Giuseppe Bono, administrateur délégué de Fincantieri a déclaré qu’un accord a été passé entre son groupe et l’électricien italien Enel pour électrifier les ports italiens"Nous travaillons actuellement à la mise en place d’un système d’alimentation électrique à quai dans les principaux ports italiens", a déclaré le patron de Fincantieri.

Déplacer l'axe des échanges

Une opération qui s’inscrit dans la remise en ordre des ports transalpins liée à la participation de la péninsule à la nouvelle route de la Soie, le projet lancé par Pékin avec à la clef des investissements pour une valeur globale de 8000 Mds$.

"Ce projet va déplacer l’axe des échanges en Europe et le système portuaire italien doit s’engager dans une politique de remise à neuf de ses ports en améliorant par exemple le réseau ferroviaire et plus globalement les infrastructures italiennes", a plaidé Stefano Messina.

Auteur

  • Ariel F.Dumont à Rome

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format