Menu
S'identifier

Le port d’Anvers teste en avant-première un bracelet interdistances

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 23.04.2020 | Dernière Mise à jour : 23.04.2020

Le prestataire a désormais intégré de nouvelles fonctionnalités adaptées à la prise en compte du coronavirus, avec l’envoi d’un signal d’avertissement lorsque deux employés se rapprochent à moins de 1,5 mètre.

Crédit photo DR

Le port d’Anvers va tester le bracelet connecté Covid Radius pour faciliter le travail de ses salariés à l’heure du déconfinement. Développé par Rombit, ce bracelet IoT permet de surveiller le respect des inter-distances et de procéder au tracking en cas d’infection d’un des salariés.

Le port d’Anvers, qui n’a pas cessé ses activités malgré le coronavirus, indique qu’il sera le premier à doter ses employés d’un bracelet électronique permettant de surveiller la distanciation sociale. Cette solution vient d’être développée par la société belge Rombit, avec laquelle le port d’Anvers s’est associé depuis l’an passé pour tester un bracelet connecté Romware One permettant de détecter les situations à risque, comme la présence immédiate d’un chariot élévateur, la détection de chute ou l’accès à des engins ou zones réservées.

Le prestataire a désormais intégré de nouvelles fonctionnalités adaptées à la prise en compte du coronavirus, avec l’envoi d’un signal d’avertissement lorsque deux employés se rapprochent à moins de 1,5 mètre. "La confidentialité est ici primordiale : le Covid Wearable ne transmet jamais la position ou d'autres données sensibles de l'employé. Le bracelet permet également de rechercher les contacts : si une personne est infectée, un conseiller en prévention ou un conseiller confidentiel autorisé peut vérifier avec quels collègues elle ou il a été en contact pour éviter plus d'infections", tient à préciser l’autorité portuaire.

Une capacité de tracking optimale

Le nouveau bracelet, rebaptisé Covid Radius, évite de recourir à des applications de tracking actuellement évoquées pour être mises en place sur smartphone (via Bluetooth). "Ces applications  ont une plus grande marge d'erreur, ce qui conduit à des faux positifs ou négatifs. De plus, elles ne sont souvent pas utilisables dans un contexte industriel : les travailleurs n'ont pas toujours de smartphones à proximité et la couverture mobile n'est pas toujours fiable, surtout à l'intérieur", signale Rombit. L’entreprise, spécialiste des objets connectés et de l’IoT, n’utilise pas le Bluetooth ou le réseau Internet mais des réseaux à basse consommation (ITE LTE-M ou NB2) lancés par les opérateurs de réseaux cellulaires, qui permettent de mesurer précisément des inter-distances entre deux objets connectés, avec une précision centimétrique. 

Contribuer à un redémarrage sûr de l'économie

"La solution permet aux employés de la construction, de la logistique et d'autres industries lourdes de reprendre le travail en toute sécurité. C'est pourquoi nous faisons tout notre possible pour proposer ce bracelet de sécurité sur le marché le plus tôt possible en grande série, afin de contribuer à un redémarrage sûr de l'économie. L'intérêt porté à notre solution est déjà énorme", indique John Baekelmans, PDG Rombit. La solution devrait être commercialisée en version limitée à partir du mois de mai.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format