Menu
S'identifier

Le port d’Anvers limite la casse grâce au trafic conteneurs

Supply Chain Magazine | Maritime | publié le : 29.01.2021 | Dernière Mise à jour : 29.01.2021

Le port d’Anvers a traité l’an dernier 12 millions d’EVP, en hausse de 1,3 %.   

Crédit photo Port d’Anvers

C'est la reprise dynamique des opérations de transbordement, à partir du mois du juillet, qui a "sauvé" le port d'Anvers en 2020, le premier semestre ayant été fortement impacté par le coronavirus.

Le seul segment d’activité qui a progressé l’an dernier au sein du port d’Anvers est celui concernant le transbordement de conteneurs équivalent vingt pieds (EVP). Le deuxième port européen a traité sur la période 12 millions d’EVP, soit une augmentation de 1,3 % en volume (+ 0,2 % en tonnage, avec 139 Mt de marchandises transportées). L’autorité portuaire explique cette augmentation par la reprise dynamique des opérations de transbordement constatée à partir du mois du juillet, compensant largement un début d’année marqué par plusieurs mois difficiles et l’annulation d’un certain nombre de départs de navires (blank sailing). "Cela nous a permis d’afficher de meilleurs résultats que les autres ports et de compenser les pertes enregistrées dans d’autres segments", se réjouit Jacques Vandermeiren, le Pdg du port d’Anvers.

Baisse du volume de transbordement total

Le volume global de marchandises traité l’an dernier par le port belge s’est élevé à 230,8 Mt (- 3,1 %). Le vrac liquide y a contribué à hauteur de 69 Mt (- 4,2 %), le vrac sec à 11,6 Mt (- 17 %), le vrac conventionnel à 6,6 Mt (- 20,6 %) et enfin le trafic RoRo à 4,6 Mt (- 9,4 %). "En 2020, la crise sanitaire et le protectionnisme croissant causé par les aléas commerciaux à l’échelle mondiale ont clairement impacté de façon préjudiciable les flux de marchandises en vrac, ce qui a résulté en une baisse du volume de transbordement total de 16 % par rapport à 2019", explique le port d’Anvers.

Tempête

Sur l’exercice écoulé, le port belge a dû composer avec une baisse des flux impliquant l’acier, les engrais, les minerais, le sable, le gravier, produits chimiques ou encore le pétrole brut. "Nous nous sommes retrouvés dans une tempête, mais nous avons tenu la barre, notamment grâce à un nouveau record de volumétrie atteint dans le transbordement de conteneurs", conclut Jacques Vandermeiren.

Auteur

  • Armindo Dias

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format